le sac de fille

Le sac de fille,… moi je dis, non ce n’est pas un accessoire, … c’est un CONCEPT.
Chaque fille a son sac, son style. Il peut être très grand ou tout petit, clinquant ou champêtre, griffé ou non, à poches, à bandoulière, fermé avec un cadenas ou totalement ouvert…..
Mais nous avons toutes un sac… enfin un… les plus audacieuses peuvent en avoir plusieurs qu’elles utilisent s’il le faut simultanément en fonction de leur tenue.

Mais ce qui me fait dire que c’est un concept c’est que nous avons presque toutes la manie d’y mettre toute notre vie voire même d’y assortir un kit de survie pour situations extrêmes.
Alors bon….moi, évidemment, je n’échappe pas à cette règle et je vois mes sacs successifs se remplir inlassablement de toute sorte de choses plus ou moins utiles et encombrantes. Certains matins je pourrais même avoir l’impression que je pars au travail avec ma maison sous le bras…Est-ce grave docteur?

Le petit dernier en date c’est toujours un spring it-bag (cf tuto) version grise à frange et très très fleurie à l’intérieur. Je me suis dis que c’était plus sympa d’ouvrir mon sac et d’être hypnotisée par une avalanche de fleurs.
Mais une fois fermé mon sac de fille reste sobre, dans un cuir de chèvre velours gris.
J’y ai rajouté un petit rabat frangé histoire de préserver ma vie privée.
Alors, et vous votre sac ? Il dit quoi ?

Spring It-bag # 3

Spring It-bag # 3

une avalanche de fleurs

une avalanche de fleurs

une attache aimantée

une attache aimantée

le détail de la mini-frange arrière

le détail de la mini-frange arrière

Publicités

Yes I can

Une grande étape pour moi: je viens de coudre ma première chemise Mythique (de Marie). J’avais le patron depuis un moment mais je n’osais même pas le regarder, la honte. Et puis je me suis dit, allez allez Alice, ça suffit maintenant, il faut y aller! Assez procrastiné! (oui procrastiné du verbe procrastiner, remettre tout au lendemain. C’est pas mal d’écrire ça non?).

Alors? Alors?

Alors, ce fut long,  ce fut laborieux, ce fut difficile parfois notamment pour raccorder le f….* col aux épaules mais aujourd’hui je peux le dire: I DID IT, hhhhaaaaaaaaa……. (prononcer le A en soupirant grassement et en s’appuyant sur son dossier de chaise avec un air de marathonien qui vient de finir sa course de xxx km, il est possible de mettre son bras derrière son dossier pour que la pose soit vraiment authentique et même de boire un petit verre pour la peine, rrrrrooooo…).

Mais le plus important à retenir de ce petit défi personnel c’est que ce fut pour moi un « kiffe » (ça se dit encore ça?)  monumental de la coudre et de suivre pas à pas les étapes de cet ouvrage.

Pour cette première version j’ai choisi un liberty Wiltshire bleu car je trouve que ce tissu s’accorde bien avec un jean, voire un pantalon plus sobre. Et quoi de plus beau sur une chemise qu’un aussi beau coton, presque soyeux et si lumineux.

J’ai également rajouté un passepoil bleu marine aux épaules pour structurer un peu plus ma chemise.

Bon j’arrête le suspense ici parce que j’ai vraiment envie de vous la montrer en fait:

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

tout est dit je crois

tout est dit je crois

le col, qui m'a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

le col, qui m’a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

impeccable avec ma veste en jean

impeccable avec ma veste en jean

Nelly danse

Un nouveau projet, et un petit souvenir nostalgique de mes années collège:

Nelly c’était mon acolyte, ma super cops, ma confidente sur à peu près tout; nous avions 14 ans à peine.

Et Nelly avait une méga-super-hyper-géniale voiture: une méhari orange pétant entièrement décapotable, dans laquelle son papa nous trimballait inlassablement un peu partout. Le vent au roulage nous décoiffait mais on aimait ça.

Vous comprendrez donc que quand j’ai décidé de réaliser le patron « Aime comme Méhari » de Marie j’ai eu une pensée pour Nelly, dont j’ai malheureusement perdu la trace pendant les années lycée mais qui en a laissé une indélébile dans mes heureux souvenirs de jeunesse.
Donc, j’ai décidé d’appeler cette première réalisation « Nelly danse », en allusion au tissu Liberty danse moka et aux premières boum.
Cette première Méhari a été réalisée sans problème, hormis pour coudre le col au chemisier… ce fut un véritable casse-tête car j’ai dû me tromper de taille en le coupant et du coup j’ai dû en recouper un plus grand après plusieurs vaines tentatives.
J’ai également rallongé les manches jusqu’aux poignets.
Enfin j’ai choisi de coudre des boutons en nacre dénichés chez Emmaüs.

Nelly… ben… gros bisous quoi!
Voici les photos:

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

le col, doublé en lin beige de FDS

le col, doublé en lin beige de FDS

l'intérieur de la manche

l’intérieur de la manche

hyper confortable!

hyper confortable!

la couture des épaules

la couture des épaules