Mon petit bazar « chic »

J’avais trouvé ce tout nouveau patron de Aime comme Marie lors de ma virée débridée au Salon Création et Savoirs-faire Marie-Claire de novembre 2013. D’abord emballée par ce modèle que je trouvais original et actuel, je me suis longuement demandée quel tissu choisir pour ne pas l’alourdir, ni même coudre une version trop rigide et qui ne la mettrait pas en valeur. Pour ce modèle, j’imaginais un tissu très fluide, lumineux, et une unité totale entre le haut et le bas.

« Mon petit bazar » est une robe aux formes inhabituelles: La ceinture, basse et resserrée, vient cintrer ce modèle ample et court. On devine presque un petit air des robes des années 20, mais dans une version nouvelle pourvue de manches raglan longues et froncées.

Et puis lors d’une virée au Marché Saint-Pierre, je suis tombée sur un beau coupon de soie couleur « lie de vin », suffisamment épaisse pour ne pas être doublée, et avec une brillance modérée…Et je ne vous surprendrai pas en vous avouant que j’ai immédiatement pensé à « Mon petit bazar » version « bazar chic ».

Sans surprise non plus je vous dirais que ce patron est très très clair: les explications sont purement limpides et je n’ai rencontré aucune anicroche jusqu’à la couture du dernier bouton. Bref, le bonheur…( même si je déteste faire les boutonnières). En tous cas je suis ravie du choix de ce tissu pour cette robe et j’ai déjà une idée pour la prochaine… ha ha… 🙂

Belle soirée à tous et toutes!

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie "lie de vin"

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie « lie de vin »

IMG_2880

la ceinture, robe "Mon petit bazar" de Aime comme Marie

la ceinture, robe « Mon petit bazar » de Aime comme Marie

la fermeture boutonnée du dos

la fermeture boutonnée du dos

IMG_2892

IMG_2897

Publicités

Secrets de couturière

Ami lecteur, je te salue.
Je t’imagine ce soir, confortablement assis dans ton fauteuil après une longue journée de labeur, malmené par la chaleur, essayant de te détendre en écoutant une petite musique.

Oui, toi, lecteur, assis, certainement une tasse de thé à la main, tu regardes ce blog et tu penses tout d’un coup: « mais comment fait-elle pour faire tout ça? Un boulot, deux enfants, et toute cette couture!!! Cette fille là est tout simplement hors norme, prodigieuse, épatante…. »… et ce soir ami lecteur je te dirais « C’est pas faux… » mais ce serait vraiment pure vantardise de ma part.

Alors pour toi, lecteur assidu, afin de récompenser ta fidélité je vais te confier mes petits secrets de couturière… Mais attention, chut!!!!

1) Règle numéro une: la couturière ne doit JAMAIS publier des photos laissant apparaître l’intégralité de son visage. En effet, il ne s’agit pas ici de rechercher un anonymat à tout prix. Une couturière coud souvent tard le soir, lorsque les enfants sont couchés. Elle ne peut prendre le risque de publier ses oeuvres avec toutes ces affreuses cernes, cela plomberait l’effet voulu.

2) Règle numéro deux: la couturière préfère souvent se coudre une tenue pour le lendemain matin plutôt que de risquer de s’attaquer à sa pile de linge à repasser dans l’espoir de trouver un vêtement correct… c’est plus fun.

3) Règle numéro trois: la couturière sait optimiser toutes les occasions pour se procurer du tissu, quitte à accepter le déplacement pro de son Homme à l’UNIQUE condition qu’il lui rapporte un minimum de coupons: le nombre de coupons ramenés devra être exponentiel avec le nombre de miles parcourus.

Voilà, ami lecteur tu connais à présent mes précieux secrets et je peux te dévoiler ma cousette d’hier soir, portée ce jour au travail, en soie japonaise bleu canard encore « jet-laguée » de Singapour. La robe a été entièrement doublée (buste et jupe). Le patron utilisé est le merveilleux « Mirage » de Marie.

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

le buste entièrement doublé

le buste entièrement doublé

la vue en pied

la vue en pied

un tissu très lumineux

un tissu très lumineux

soie japonaise

soie japonaise