Rigel bomber forever

Oui; je fais partie de ces filles qui aiment marquer un petit temps d’arrêt sur un modèle, ou y revenir quelques temps plus tard… Vous l’avez certainement remarqué avec certains modèles… (le Melting pot de Marie, la sigma dress de Papercut, la Mythique de Marie, Adrienne de République du Chiffon, Minna blouse de Salme et puis récemment le Rigel Bomber de Papercut)…Ah bon je ne vous ai pas tout montré?

Le point commun de tous ces modèles c’est qu’ils ont tous été un vrai coup de coeur pour moi et que j’ai voulu les revisiter dans différentes versions…(et je sens que ce n’est pas fini quand je vois toutes les nouveautés en préparation chez nos jolies créatrices…)

Est-ce parce qu’ils s’accordent bien avec ma morphologie? E possibile

Est-ce parce qu’ils ont un degré de portabilité satisfaisant? Maybe

Est-ce parce qu’ils sont déjà reportés sur le papier de soie (sous-entendu pas besoin de recommencer ce travail fastidieux) It might be true….

Est-ce parce que j’entame avec eux une relation amoureuse obsessionnelle? Sure!!!!

Toujours est-il que j’aime la « personnalisation » que permet la couture. Avant, quand j’étais plus jeune, inconsciente, insouciante je prenais un malin plaisir à acheter le même modèle dans plusieurs couleurs voire même plusieurs tailles… Mais ça c’était avant. Aujourd’hui j’ai créé mon propre magasin de prêt à porter féminin à domicile et là… le piège!!! Mon armoire me fait la tête, comme avec un air de dire « et ça va continuer encore longtemps cette histoire???? ». Je couds, je couds, je couds, une fois, deux fois, trois fois!!! Jamais rassasiée!

Rigel Bomber donc je l’ai adoré; et encore, je pèse mes mots. C’est le petit blouson branchouille qui dynamise une tenue basique. Il va avec tout: jean, jupe, ballerines, derbies, petits talons. Bref, un modèle comme j’aime, très portable, très confortable et adorable (pour la rime mais pas que).

Voici ma deuxième version, en laine bouillie gris chiné. Je l’ai doublé ici aussi et j’ai rallongé la longueur des manches.

 

IMG_3246 - copie

IMG_3248 (1)

IMG_3256 - copie

IMG_3251c

IMG_3269

IMG_3261

IMG_3265

IMG_3253

IMG_3255 - copie

Publicités

Là où il fut question d’intempéries

IMG_2350

Cet été, je savourais de manière très consciente la chance que j’avais d’avoir chaud. Le soleil avait pris ses quartiers d’été et nous permettait à tous de recharger un peu des batteries au bord de la désintégration, que dis-je de la pulvérisation.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais chaque année j’attends avec impatience l’arrivée des premiers beaux jours. Je deviens frénétique dès le début mars. J’ai l’impression de sortir d’un marathon intérieur et de faire alors les derniers kilomètres avant une renaissance printanière…

Et puis cette année… même si j’étais rassurée de voir que la fin du monde n’avait pas eu lieu finalement (ben ouais j’y ai un peu cru…), j’ai commencé à douter… Les choses du temps étaient-elles déréglées? Allions nous revoir les changements de saisons? Mais qui était responsable de tout ça bon sang ? Ouais, on peut dire que je suis passée par tous les états possibles:

  • l’espoir (oui oui oui, il va faire beau!),
  • l’impatience (bon alors, c’est quand qu’il va faire beau?),
  • l’incompréhension (mais qu’est-ce que c’est que ce b…del?),
  • la rage (ahhhhh nannnn y fait encore moche!!!),
  • la résignation (ben c’est comme ça c’est comme ça, qu’est-ce que tu veux qu’j’y fasse?),
  • la haine (je hais les gens de la météo, je hais les gens, je hais tout court, grrrrrr force obscure sors de ce corps, ahhhh)
  • le deuil (c’était beau avant la vie, mais maintenant c’est fini)
  • le renouveau (bon, il fait moche ok, mais y a quand même des choses sympas qu’on peut faire… genre attendre le printemps par exemple?)
  • le dédain (le quoi? le soleil? pfff…naze)
  • et puis… la surprise (non mais dis moi pas que c’est pas vrai? C’est quoi ce truc qui brille? non …?!?! WAHOU trop bien!!!! Happy happy!!)

Bref, tout ça pour vous dire que cet été, quand il a enfin fait chaud et beau, la fille avisée que je suis a décidé de se lancer dans des tricots parce que : »pas folle la guêpe 😉 ». J’ai fait le petit gilet à col croisé couleur camel dans un premier temps (vu ici). Et puis je me suis lancée dans un autre gilet, du même catalogue Phildar n°92. J’ai choisi la laine Miski de Katia, une laine ultra douce et chaude 100% baby lama. Vous la connaissez cette laine? Elle est juste magique; j’en suis amoureuse. J’ai doublé mon fils, notamment pour marier les deux couleurs « pierre » et « noire » et ai tricoté avec des aiguilles 6. Je m’imaginais quelques mois plus tard en train de ricaner bêtement devant les gens transits de froid et luttant contre le vent, un air limite condescendant qui aurait dit: et bien alors, on a froid ma ptite dame? 

Voilà, mon gilet est terminé depuis un moment. Bon, il est un peu trop chaud pour le moment….alors ….j’attends l’hiver maintenant…

IMG_2489

gilet bicolore noir et chiné en laine Miski de Katia, 100% baby Alpaga, modèle issu du catalogue Phildar N°92

IMG_2352

avec une petite ceinture pour marquer un peu la taille

IMG_2334

IMG_2491

Anti-mémérisation du tricot: leçon n°2

Vous vous souvenez j’espère de mes judicieux conseils sur l’anti-mémérisation du tricot n°1 (interrrrrrrrrogation surprrrise, sortez une feuille blanche ).

Je vous livre ici la leçon numéro deux: une info inédite pour beaucoup de mes followers (ben quoi on peut rêver non?): j’ai pris mon premier cours particulier de tricot hier et je suis encore toute regonflée et bananée ( dans le sens où j’affiche une banane aigüe entre mes deux oreilles depuis hier soir).

Un cours particulier avec une prof super mimi et branchée, dont je vous parlerai une autre fois si elle est ok. Je vous dirai juste qu’elle s’appelle Nathalie, qu’elle reçoit dans son super atelier et qu’elle a des qualités pédagogiques et sympathiques indiscutables.

Ajoutez à cela « un petit café? », un peu de musique jazzy, et c’est tout simplement PARFAIT. Voilà vraiment ma conception de l’anti-mémérisation du tricot: un mélange de bien-être, de partage et d’ouverture. Oui, tricoter, c’est se faire du bien 🙂

J’ai fait mon premier échantillon de jersey jacquard hier et je suis repartie heureuse avec des devoirs à faire pour la prochaine séance. Merci Nathalie!

dans mon cartable il y a...

dans mon cartable il y a…

le tout premier échantillon, il est mimi non?

le tout premier échantillon, il est mimi non?

mes devoirs pour la rentrée... ha ha..! Facile, les doigts dans le nez!

mes devoirs pour la rentrée… ha ha..! Facile, les doigts dans le nez!

un petit air canaille

J’ai tricoté ces derniers temps… certes ce n’est pas une surprise puisque je vous ai avoué ma récente passion (manie?) pour les trendy.

Mon inspiratrice sur ces travaux c’est la talentueuse Mademoiselle Sophie, dont vous trouverez le lien sous le site « breaking the wool ». Elle a créé un modèle pour enfant, le « snoody » que je trouve absolument adorable. Pratique, il se tient toujours bien positionné autour du cou de nos petits trésors. Pas de risque qu’un copain déluré vienne tirer dessus au risque d’étrangler notre chérubin adoré: le snoody devrait très bientôt être l’accessoire à la mode des cours de récréations, laissant de côté les risquées et gênantes écharpes, souvent interdites d’ailleurs.

Enfin le petit côté « bandana » donne un petit air canaille, et ça, c’est le petit plus que j’adore! J’ai donc tricoté mon premier snoody avec une laine Fonty Urga duvet de yack et mérinos n°2, aiguilles circulaires 4.
Je l’ai tricoté comme un trendy châle au départ puis en arrêtant les augmentations de mailles pour la hauteur de cou, en changeant de point sur cette partie. J’ai ramené les deux bords ensembles avec un petit décalage volontaire.

Alexandre, 12 dents à son actif, 20 mois 1/2 au compteur, star des bacs à sable, passionné de musique et chanteur lyrique à ses heures perdues, a accepté de jouer les mannequins avec son tout nouveau snoody comme un vrai pro. Je crois que ce qui lui a vraiment plu en définitive c’est la tranche de pain beurrée qu’il nous réclamait depuis un moment (le traiter de gourmand serait un doux euphémisme…). Ce fut une rétribution plus que méritée pour ce moment de pose appliquée. Attention les flashs!

snoody sur petit cou bouclé

snoody sur petit cou bouclé

ne vous y fiez pas, je ne pause pas, je viens juste de récupérer une miette de ma tartine

ne vous y fiez pas, je ne pose pas, je viens juste de récupérer une miette de ma tartine

cousu derrière avec un petit décalage

cousu derrière avec un petit décalage

détail de la maille: point de riz sur la pointe et... point improvisé dont je rechercherai le nom plus tard

détail de la maille: point de riz sur la pointe et… point improvisé dont je rechercherai le nom plus tard

IMG_2573

trendy… allongé sur canapé

Mademoiselle Sophie, Mademoiselle Sophie, qu’as-tu fait de moi???

J’aime tellement mon petit trendy châle en grosse maille laine-alpaga que je n’arrête pas d’en faire. Oui Mesdames, lors d’un précédent post je parlais d’un certain effet addictif mais il faut se rendre à l’évidence: une fois qu’on l’a essayé on est foutu, finished, kapout, HS… on n’a pas fini d’essayer le nouveau qu’on a des tremblements dans les mains, que les doigts gigotent comme un appel irrépressible à la réalisation d’un nouveau trendy…

Personnellement j’essaie de me concentrer sur d’autres choses, les dossiers à traiter, les journées à raconter, le lave-linge à faire tourner, les sorties à préparer, les expos à visiter, les retrouvailles à organiser, …. mais je suis sans cesse dérangée par mon envie irrépressible de refaire ou de finir ou même de commencer un nouveau trendy…. Je veux faire des trendy, je veux faire des trendy, de toutes les couleurs, Ouhou!!!!!

A l’heure actuelle par exemple, alors que je vous écris ce post… et ben je pense à mon prochain trendy. J’ai honte.

Je dirais que ces difficultés vont jusqu’à des problèmes d’élocution; et ça donne ça: « t’as passé une bonne journée trendy? euh je veux dire chéri… ».

Moi je dis: ON EST MAL… ou plutôt… JE SUIS MAL mais alors TRES MAL BARREE… fiou!

Je vous montre quand même mes deux new trendy châle: le premier est une version figue-cendrée en laine et alpaga Fonty aiguilles 8. Le second est en kidsilk Haze bleu pâle (doublé) de Rowan aiguilles 6. Les deux sont au point mousse.

vu de dos

vu de dos

de face

de face

de côté

de côté

kidsilk haze

kidsilk haze

IMG_2520

directly inspired by

Directement inspirée du site Breaking the wool (la technique en moins vous vous en doutez….humf..) j’ai voulu réaliser un petit châle pour prendre soin de cette « zone si précieuse, sensible et fragile qui relie mon corps à mon esprit ». (Cette image n’est malheureusement pas de moi mais de ce site et de sa créatrice….pffff)

Mais… oui je suis une femme précieuse, sensible et fragile moi aussi, surtout du cou! J’ai donc décidé de confectionner mon petit châle, j’ai choisi une laine épaisse, chaude, extrêmement douce et rassurante: la Pôle de fonty (encore elle) tricotée avec des aiguilles circulaires 8. C’est d’ailleurs allé très vite ce projet tricot.

Avec mon châle je me sens pousser des ailes, je deviens plus audacieuse, plus en lien avec mon corps et mon esprit et j’aime ça. J’ai moins peur du froid et de la nuit, je fais du bruit avec mes talons en marchant, je m’autorise quelques sautes d’humeur, je rigole à gorge déployée, je gronde les enfants sans culpabilité, je passe à l’orange très mûr en chantant, je mange du chocolat et des frites, je deviens une autre et c’est chouette. Il y a cependant le revers de cette transformation châlesque: lorsque j’ôte cet accessoire…. je retourne à ma vie d’avant, discrète, douce, attentionnée, raisonnable, light…. et donc oui, il y a définitivement un effet addictif au châle, c’est sûr, parce qu’on y prend vite goût à tout ça!

Donc WARNING, le châle oui mais avec modération quand même.

En attendant de finir ma cure de désintox, voici quelques photos:

voilà l'objet responsable de tous mes récents excès

voilà l’objet responsable de tous mes récents excès

un air un peu cabotin de dos non?

un air un peu cabotin de dos non?

l’écharpe en laine de chameau

J’avais oublié de publier une photo de cette écharpe une fois finie. La voici!

Je suis un peu déçue par la laine que je trouve un peu « sèche ». Elle manque de soyeux et je pense qu’elle serait plus adaptée à un pull et tricotée un peu plus serrée (aig 3,75 au lieu de 4 ).

En tous cas le point de riz lui va bien.

un snood for the mood

Dans mes petites créations en tricot, je viens de franchir un cap: j’ai fait autre chose qu’une écharpe. Certes, je ne m’en éloigne pas trop puisqu’il s’agit d’un snood, une variante de l’écharpe, circulaire et plus large, qui vient se positionner délicatement sur mes épaules et me réchauffer.
J’ai utilisé une laine épaisse mérinos et alpaga couleur brume de chez fonty, aiguilles 8 et point de riz.
Je n’ai pas tricoté de manière circulaire mais j’ai réuni les deux bords de mon ouvrage.
Honnêtement… hum hum (frottage de menton) c’est plutôt pas mal ce truc. Oouuaaaiiis
(in the mood for hope).

The snood, laine pôle n°358 Fonty, aig 8, au point de riz