Safran

Ce soir je vous parle enfin de mon pantalon Safran, dernier né des patrons de Deer and Doe pour préparer cette rentrée 2016. Enfin, parce que je voulais prendre le temps de vous en parler en détail et que la semaine qui vient de passer ne m’a laissé que peu de temps, occupée que j’étais à rentrer à la maison et à fignoler les différentes reprises.

Fin juillet j’ai eu le grand plaisir d’être contactée par Eléonore et Camille de la marque de patrons Deer and Doe. Toutes deux me proposaient de coudre en avant-première le modèle Safran, dont la sortie était prévue fin août. Il ne s’agissait pas d’une demande de test, le modèle ayant déjà été testé et modifié, mais de proposer ma version, comme le feraient d’autres blogueuses, à l’occasion de sa sortie. Evidemment j’ai accepté cette superbe proposition.

Je vais avec plaisir vous décrire ce petit bolide de patron; puis à la fin de cet article je vous donnerai mon avis sur ce modèle, en toute liberté, comme m’y encouragent Camille et Eléonore.

Je me suis donc dans un premier temps attelée à dénicher le tissu qui lui irait bien: un tissu assez épais et comprenant une élasticité d’environ 20-30%. Difficile en réalité de trouver le bon tissu lorsqu’il s’agit d’un tissu extensible dont on peut mal évaluer l’élasticité autrement qu’en le manipulant… En outre le critère de la teneur en élasthane n’est pas suffisamment fiable pour connaitre l’élasticité d’un tissu.

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Un peu naïve et peu renseignée j’ai jeté mon dévolu sur un denim bleu pâle comprenant environ 2-3% d’élasthane, déniché chez Mondial Tissu. Je me suis rendue compte en l’essayant qu’il n’était pas suffisamment extensible. J’étais très serrée dans mon pantalon et j’ai dû récupérer le maximum de tissu sur mes marges de couture pour pouvoir l’enfiler normalement. Pour autant il n’a définitivement pas le même rendu qu’avec un tissu suffisamment extensible.

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

 

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Alors, un peu frustrée même si déjà fan de ce premier pantalon, j’ai décidé de faire une seconde version cette fois-ci dans un denim bleu plus extensible (environ 5% d’élasthane) trouvé dans la boutique Geka près de Valence. J’ai utilisé un fil contrastant couleur camel, ultra résistant et idéal pour coudre des tissus épais. Je viens de le terminer ce matin et j’en suis enchantée!

La première étape de ce patron est celle des poches avant, soulignées par un passepoil. J’ai trouvé leur montage ingénieux et parfaitement expliqué dans le livret explicatif.

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Viennent ensuite les poches arrières qui sont, là encore, très simples à réaliser: il faut réaliser la poche dans un premier temps puis la coudre par une surpiqure au pantalon. Je les trouve idéalement placées (largeur/hauteur).

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Puis vient l’assemblage des jambes. A cette étape, comme le conseille Deer and Doe, il peut être nécessaire de faire un bâti avant de consolider et surpiquer les coutures car la profondeur nécessaire au niveau de la fourche peut varier. Dans mon cas je n’ai eu aucune modification à faire. J’ai donc bien consolidé mes coutures avec un point renforcé. J’ai également surpiqué le côté extérieur des jambes et la ligne médiane partant du milieu du dos au bas de la braguette.

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

A partir de là, votre petit Safran commence à vous donner une belle idée du rendu final. Encore quelques petites étapes et vous pourrez arborer votre merveilleux pantalon.

Tout d’abord la fameuse étape de la braguette. J’ai toujours du mal à me lancer dans cette étape. J’ai tâtonné un petit moment avant de comprendre comment faire. En m’aidant du livret et des crans situés au dessus de ma braguette j’ai finalement réussi et j’ai même trouvé ce système assez simple, c’est dire!

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Restent enfin le montage de la ceinture et la réalisation des ourlets: aucune difficulté!

Voilà votre si joli Safran est désormais sur vous; et vous vous demandez si c’est bien vous qui avez cousu un tel vêtement, en si peu de temps qui plus est (6h): quelle satisfaction!

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Safran de Deer and Doe- le coussin du singe

Question taille, Safran est parfait. Je fais habituellement un 38 à la taille (et 40 en haut). J’ai eu une petite crainte au départ que la ceinture en 38 soit un peu juste comme cela avait été le cas sur ma jupe Chardon. Ma taille n’est pas très fine comparativement à mes hanches même si les vêtements du commerce lui sont bien adaptés. En couture je suis parfois amenée à modifier cette partie sur mes jupes ou pantalons en ajoutant 1 cm. Ce fut une heureuse surprise de voir que la ceinture de Safran en 38 était parfaite. Aucune retouche n’a été nécessaire sur ce modèle.

Mon avis:

Safran est un très joli modèle qui réalise la belle prouesse d’être très près du corps, pour ne pas dire moulant, tout en étant relativement simple à réaliser. Il nécessite cependant de la minutie pour donner à voir de belles finitions, notamment au niveau des surpiqures et des poches. Je le trouve très confortable, certainement du fait de la taille haute et du tissu extensible. Il est abouti; ses détails sont soignés notamment au niveau des poches. Les étapes de montages se réalisent avec une belle fluidité, et ce d’autant plus que le livret explicatif est une réelle aide à la compréhension.

La plus grande difficulté tient au choix du tissu et à sa nécessaire élasticité. Je regrette de ne pas trouver davantage de tissus de ce type dans le commerce mais peut-être cela va t-il se développer un peu plus? Toujours est-il qu’il faut réellement prendre le temps de trouver et choisir le bon tissu, au risque de subir une vraie déception dans le rendu et la portabilité de ce vêtement.

Question style: j’adore!!! Il est un brin rétro. Quelle élégance, quelle silhouette! Je suis absolument fan de cette taille haute (niveau nombril) qui souligne la taille et fait des jambes looonnnnnggues 🙂

Un grand bravo à Deer and Doe pour ce superbe modèle et pleins de mercis de m’avoir fait cette proposition.  🙂

Publicités

Ma petite robe Mélilot

Voilà la suite de ce superbe patron… la version robe de la chemise Mélilot de Deer and Doe.

Alors alors… comment dire; ce joli modèle de chemise, relativement cintré, est à mes yeux idéal pour coudre une robe chemise. Pour cette version (A) j’ai tout simplement prolongé mon trait sur les côtés devant et dos d’environ 30 cm, après avoir supprimé l’ourlet échancré de la chemise. J’ai supprimé la double patte de boutonnage parce que je voulais une belle enfilade de boutons…Et c’est tout.

Voilà je vous ai tout dit. Cette version robe, coupée en 40, n’a subi aucune autre modification. J’ai choisi de la coudre dans un superbe coupon de chambray rayé noir et blanc déniché l’année dernière chez Little Fabrics. Ce tissu est beau, souple, doux et relativement épais. Il a une tenue idéale pour une robe. Il est habillé avec des petits boutons dorés de chez Pretty Mercerie.

Je vous montre quelques petites photos de cette robe Mélilot. Elle me donne envie d’aller faire mon marché au soleil et de revenir avec un joli bouquet de pivoines… et aussi d’aller à la plage tiens!

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot de Deer and Doe, version robe- le coussin du singe

Mélilot et Mésange

Voici un patron qui a été un véritable coup de coeur! Mélilot de Deer and Doe m’a charmée au premier regard. Avec son joli col Claudine, ses épaules tombantes et sa forme cintrée, il apportait une certaine nouveauté à ma collection de patrons.

Mélilot a de surcroit un très grand potentiel en terme d’adaptation et de personnalisation: Deer and Doe propose en effet deux versions différentes, avec deux longueurs de manches et deux cols différents Mao/Claudine. Enfin, je l’ai tout de suite imaginé en version robe, sa taille cintrée s’y prêtant parfaitement.

Pour cette version printanière j’ai choisi ce sublime Liberty Eloïse « Mésange » édité par Lil Weasel. Mon inspiration ici fut ce petit chemisier ou encore celui-ci. Un brin vintage, ils ont la fraicheur et l’innocence des beaux jours. Le liberty Eloïse Mésange dont les couleurs sont si douces s’est parfaitement prêté au jeu et sa merveilleuse qualité Tana Lawn lui apporte une touche délicate et raffinée. Bref, vous le comprenez à travers ces quelques lignes, je suis plus que conquise par ce tissu.

 

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

La réalisation de ce chemisier a été très agréable. J’ai fait un mix de la version A et B car je voulais garder ce petit col Claudine sur la version manches courtes. J’ai pris ma taille habituelle (40 pour le haut) et je suis ravie du résultat qui tombe parfaitement bien (J’ai fait attention à bien respecter les marges des coutures anglaises parce que par manque de vigilance à ce niveau ma toile était légèrement trop juste).

Je ne relève aucune difficulté particulière pour ce patron: il faut en revanche s’appliquer pour la poste du col, des poches et de la double patte de boutonnage.

J’ai légèrement modifié l’ourlet, qui est plus échancré sur la version originale. J’ai également réduit l’ajustement à la taille d’un cm ma taille n’étant pas très fine.

Voilà, mon petit chemisier estival, que je ne quitte plus (enfin je l’accompagne souvent d’une petite laine en ce moment quand même!). J’aime beaucoup beaucoup ce patron et après cette version quelque peu champêtre je reviendrai très vite vous parler de ma version robe, un brin plus citadine.

Je profite de ce petit post pour vous remercier toutes et tous pour vos petits messages, que j’ai lus avec grand plaisir 🙂

Je vous souhaite une très belle journée, à bientôt,

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

 

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

chemise Mélilot en Liberty Eloïse Mésange Lil Weasel- le coussin du singe

Plantain & Sureau in London

Une petite robe aperçue sur Pinterest, dénichée par Eléonore de Deer and Doe, m’avait fait de l’oeil depuis quelques temps. Une robe en jersey gris chiné qui évoquait un mariage entre le top plantain et la robe sureau. Peut-être que certaines d’entre vous l’avaient aussi remarquée?

Toujours est-il que lors d’un petit week-end londonien fin janvier je suis allée dans la rue Berwick (quartier soho), la rue des marchands de tissus, et je suis tombée chez Cloth House sur un jersey de laine gris chiné, extra doux. Cloth house est une des boutiques de tissu londonienne qui vaut vraiment le détour: on y trouve de très beaux lins, de beaux lainages et des denims superbes. Donc, pour moi ce fut ce jersey.

Pour finir avec Londres, je suis également passée voir la boutique Misan, dans la même rue, qui propose, elle, du très haut de gamme, à couper le souffle tant les tissus proposés sont magnifiques, mais absolument hors de prix… damned! J’ai quand même joué la carte du « foutu pour foutu », si utile dans ces moments là. J’ai pris un petit coupon d’un tissu juste extraordinaire. Je vous tairai son prix, obscène…

Je referme la parenthèse Londres et je vous montre la petite robe: j’ai repris le schéma très clair d’Eléonore pour transformer le top plantain en robe, comme sur le modèle de Paunnet. J’ai juste choisi de réduire les fronces de la jupe pour un rendu plus « fondu » et j’ai découpé la taille un poil plus bas que sur le schéma.

Ma petite robe, je l’aime. J’y suis bien, et en plus, elle aime toute ma garde robe! Yeah

robe plantain sureau en jersey de laine gris chiné

robe plantain sureau en jersey de laine gris chiné

plantain sureau de dos

plantain sureau de dos

le col, robe plantain sureau

le col, robe plantain sureau

IMG_3173

Chardon bleu

Mesdames, Mesdemoiselles, (Messieurs?), je dois ce soir vous relater les raisons de mon absence, si longue et mystérieuse…

A l’heure où certains font le tour du monde, découvrent de nouveaux paysages, retrouvent leurs êtres aimés (les fameux juilletistes), à l’heure où d’autres attendent une inespérée quille, fatigués, lessivés mais toujours motivés (lesdîts aoûtiens), je me suis attelée à réaliser la petite jupe chardon de « Deer and Doe » en chambray bleu jean. …

Un bonheur à réaliser, une véritable balade sur les collines de Toscane (métaphore ndlr)… mes mains dansaient sous le pied de biche, bercées par le ronron du moteur. Tout était là, parfait, et c’était sans parler du merveilleux temps estival qui enfin s’installait….

Je m’imaginais légère, courant sur la plage d’ici quelques semaines (je suis aoûtienne pour ma part), libérée et sereine, étrennant ma jupette pour rafraichir mes gambettes… enfin, une scène normale de vacances quoi!!!!

Et puis…. un drame arrive….sans crier gare, un matin, très tôt, un enfant qui appelle, une fois, deux fois, un oeil qui s’ouvre, difficilement, un pied qui se pose au sol, puis le second…. et puis le coin du lit, pointu, acéré, que j’imaginais ailleurs,….qui vient heurter le mollet et y apposer …. une magnifique empreinte, bleue chardon….

Car oui, le drame ce fut ça!!! Non pas que ce fût terriblement douloureux, j’ai connu pire (j’ai deux enfants je vous le rappelle…), mais cela voulait dire que désormais je ne pourrai plus exposer mes jambes, MA jambe bleue, sous les flashs afin de vous montrer ma jolie jupe.

J’ai donc pris mon mal en patience, attendre, et attendre encore que ce beau bleu s’estompe… et aujourd’hui: SURPRISE!!!!! Je vous dévoile enfin La chardon, en avant première, attention!!!! Eblouissement probable, sortez vos sunglasses!!!!!

Bon… moi je pars du principe que dans la vie la futilité est absolument indispensable… sorry about that….

jupe Chardon Deer and Doe, en chambray bleu jean de Cousette

jupe Chardon Deer and Doe, en chambray bleu jean de Cousette

avec mes petites sandales estivales, un vrai bonheur

avec mes petites sandales estivales, un vrai bonheur

le détail du passant

le détail du passant

dans mon petit atelier

dans mon petit atelier

Mûre et Sureau

Hello hello!!! De retour sur le coussin après des petites vacances familiales dans le sud.
Pendant ces super vacances j’ai cousu en famille: une robe Sureau de Deer and Doe en lin « mûre », que je suis, malgré tout il faut l’avouer, contente de mettre avec une grosse laine…. La couture créée des échanges, un partage entre ami(e)s, dans les familles, des moments uniques et précieux où nous touchons du doigt le plaisir de faire ensemble.

Alors la robe Sureau? ça donne quoi?
Mon coupon de lin avait été acheté il y a quelques semaines au Marché Saint Pierre, véritable lieu de perdition.
Côté patron, je dois avouer que j’ai dû refaire plusieurs fois la partie corsage, jusqu’à ce que je comprenne que les boutons sont uniquement figuratifs et que ledit corsage n’a pas vocation à s’ouvrir. D’autre part j’ai dû reprendre toutes les coutures du corsage pour réajuster la taille. A l’avenir je prendrai le patron une taille en dessous je pense.
J’ai utilisé la surjeteuse pour toutes les coutures: tout est cousu proprement à l’intérieur, mon lin ne s’effiloche pas du tout, c’est magnifique.
Malgré mes déboires du début ce patron est très agréable à coudre. Je suis ravie du résultat et j’ai hâte de faire d’autres Sureau, avec des variantes « sans manches » ou « tunique ».
Le choix des boutons n’a pas été simple: je les ai choisis les plus discrets possibles. Cela me permet d’agrémenter cette robe avec une ceinture contrastante.
On dirait bien qu’ici aussi il faut mettre un trois étoiles (sur trois toujours!)

IMG_4213

Robe sureau en lin du marché Saint Pierre

petits boutons biseautés en résine noire

petits boutons biseautés en résine noire

Passons aux choses sérieuses…

Belle-maman m’a ramené de Bretagne aujourd’hui un trésor: un magnifique organisateur pour bobines, en métal orange, rempli de bobines de fils anciennes. Chaque petit casier recèle un panel de bobines, classées ton par ton, des bobines en carton, des bobines en bois, des bobines de toutes tailles… C’est un régal pour les yeux et je ne résiste pas au plaisir de vous poster quelques photos pour le partager avec vous. Il faut à présent que je lui trouve une place de choix dans mon atelier. Merci 😉

Magnifique!

Magnifique!

un beau camaïeu de verts

roses...

roses…

Quel bel objet, je suis sûre qu’il va très bien s’assortir avec ma nouvelle bête de scène: une surjeteuse compacte Brother sur laquelle je louchais depuis un moment et qui vient d’arriver par miracle à la maison, quelle surprise!!!!!Oh!!!

Donc voici le nouvel occupant officiel de notre maisonnée!

the beast

the beast

Enfin, une dernière surprise qui m’attendait dans la boîte aux lettres ce soir (décidément c’est fastueux en ce moment!): les patrons Deer and Doe que j’avais commandé il y a quelques jours… on y parle de sureau, de chardon, d’airelles ou encore de datura. Je sens que je vais m’amuser et j’ai hâte de vous montrer tout ça! Yeepee!!

maaaaagnifique!

maaaaagnifique!