Djouliet

Juliette c’est le petit chemisier d’été de la dernière collection République du Chiffon. Un petit chemisier manches courtes avec un joli col féminin et dégagé.

Voilà, … que dire de plus? Hum… (regard concentré) En réalité, je suis juste obnubilée par les prochaines versions de Juliette que j’ai envie de coudre, parce que … oui, c’est bien de cela que l’on parle aujourd’hui, je dois vous le dire: Juliette a ce petit quelque chose en plus qui vous fait dire l’espace d’un instant: je ne veux mettre que des « Juliette », tous les jours, plusieurs fois par jours, oh Yeah! D’ailleurs à partir de maintenant je veux que l’on m’appelle Juliette. Hin hin hin 🙂

Bon, Géraldine, pour toi, et uniquement pour toi, j’accepterai un « Djouliet » parce que tes petits clins d’oeil outre-Atlantique me font rêver. Mais pour tous les autres ce sera Juliette dorénavant :-)… Enfin non, pour mes enfants et mon mari ça restera « maman », faut pas exagérer quand même!!

Pour être un peu plus sérieuse… je vous propose aujourd’hui mes deux premières versions de Juliette: la première est dans une batiste de chez Henry et Henriette, trouvé au salon CSF 2014 et dont le petit côté rétro était fait pour ce modèle. Le second est dans un coton plumetis couleur brume de chez France Duval Stalla. Mais les envies se bousculent dans ma tête tant je l’imagine dans différentes variations.

Voilà, aucune difficulté pour ce patron hyper bien huilé: du velours, du bonheur. La taille est parfaite, j’ai suivi le tableau proposé par République du Chiffon. Voici pour vous quelques photos,

Belle soirée à tous et toutes,

 

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

 

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Juliette de République du Chiffon

Publicités

I love Coco <3

Tiens!!! Une revenante 🙂

Alors alors? Quelles sont les nouvelles?

Alors? Et bien pour faire bref je dirais que j’ai décidé durant ces deux mois de procrastiner… mais alors vraiment ce qui s’appelle PRO-CRAS-TI-NER! Hé hé hé 🙂

Et aujourd’hui je reviens avec la petite veste Coco Jacket de Schnittchen patterns.

Coco Jacket est parfaite pour me tenir chaud tout au long de la journée. Elle a un petit côté rétro, un peu classy et sage.
J’aime sa petite longueur et ses manches 3/4. Elle est entièrement doublée ce qui lui apporte une jolie tenue.

Coco Jacket de Schnittchen patterns par le coussin du singe

Coco Jacket de Schnittchen patterns par le coussin du singe

J’ai choisi ici un lainage fin, mélange laine et soie extrêmement doux souple et facile à coudre.
J’avais trouvé ce tissu chez Bennytex lors de ma première visite…mais difficile d’imaginer ce tissu pourtant basique dans un vêtement. Finalement la veste Coco Jacket n’attendait que lui? 😉

Veste coco Jacket de Schnittchen patterns par le coussin du singe

Veste coco Jacket de Schnittchen patterns par le coussin du singe

Le patron est bien conçu, un vrai plaisir. A noter toutefois que le dos est un peu cambré: un tissu avec raccords sera probablement plus difficile à utiliser. En outre, Schnittchen ne propose pas de guide d’utilisation en français (le mien est en allemand). Je me suis donc appuyée sur ma petite expérience d’autres patrons de vestes doublées pour l’assemblage.

Sur cette version j’ai ajouté des petites poches plaquées pour un effet plus casual. Hummmm, discutable…

Autre petit détail: Coco taille un tout petit peu petit sur moi. Je fais un 40 et j’ai coupé un 40… et bien c’est juste. Pas question de mettre un pull, aussi fin soit-il.

Mais le point sur lequel je veux vraiment insister c’est la coupe de ce modèle, que je trouve ravissante, épurée et avec ce qu’il faut d’arrondi pour apporter la douceur que j’aime. Cette petite veste se porte avec tout: robe, jean, pantalon cigarette, jupe mini maxi ou midi… c’est le bonheur! Je suis convaincue et j’ai bien envie de renouveler cette petite veste dans une version plus printanière. Parce que oui… j’oubliais l’essentiel de ce post: vous l’avez vu vous aussi, qui revient? Qui ça? Et bien le printemps bien sûr!!! Youhou!!!

Coco jacket de Schnittchen patterns/le coussin du singe

Coco jacket de Schnittchen patterns/le coussin du singe

Belle soirée à tous 🙂

Here we are

2015 nous voici!

Et parce que j’aime tant échanger avec vous, je vous remercie très chaleureusement pour tout ce que nous avons partagé pendant cette si jolie année 2014. J’ai aimé vous raconter, vous lire, découvrir vos univers et vous dévoiler à mon tour mon petit monde couture. J’ai adoré vous rencontrer, parfois jusque dans la vraie vie, mais toujours avec un immense plaisir! Discuter « torchon chiffon carpette » avec passion; m’extasier sur des cols Claudine, des pieds-de-biche affolants, des boutonnières automatiques…

2014 m’a rendue parfois frénétique, devant l’apparition de magnifiques nouveautés. J’ai découvert de vrais talents qui suscitent beaucoup d’admiration!

Mais ce que je retiens c’est ce formidable engouement pour la couture, que nous partageons tous et toutes avec tant de générosité et de complicité; et qui fait de cette activité une source d’épanouissement indiscutable.

Merci pour tout cela 🙂

La dernière cousette de 2014 que j’ai envie de vous montrer sera cette petite robe Vanessa, très joli modèle de République du Chiffon découvert deux jours avant Noël. Je l’ai trouvée tout simplement parfaite pour finir cette année…

Robe Vanessa de République du Chiffon - le coussin du singe

Robe Vanessa de République du Chiffon – le coussin du singe

Vanessa est vraiment très facile à réaliser dans cette version à empiècement. Seule modification: j’ai coupé la partie empiècement deux fois afin d’avoir l’enforme nécessaire pour terminer mon encolure. J’ai choisi pour cette partie de la robe, un magnifique jacquard en velours et lurex déniché chez Un chat sur un fil. J’aime énormément cette boutique de tissus, qui propose de vrais trésors… un vrai lieu de tentations à vrai dire. L’enforme, invisible sur les photos est dans un tissu doublure très fin pour ne pas apporter de sur-épaisseur à cette partie du vêtement.

Empiècement de la robe Vanessa de République du Chiffon- le coussin du singe

Empiècement de la robe Vanessa de République du Chiffon- le coussin du singe

Portée pour le réveillon de Noël, Vanessa s’est révélée hyper confortable, notamment pour accompagner la fin d’un repas particulièrement gourmand 😉

Robe Vanessa de République du Chiffon- le coussin du singe

Robe Vanessa de République du Chiffon- le coussin du singe

IMG_5381 (2)

La voici donc, Vanessa, dans un Néoprène noir. J’ai souligné la partie empiècement par un passepoil noir métallisé déniché chez France Duval Stalla. Je l’adore!

Ce soir, je vous souhaite une magnifique, une merveilleuse année 2015! Qu’elle vous soit douce et pétillante, sereine, passionnante, et surtout HEUREUSE!

A très bientôt pour de nouvelles aventures 🙂

Maurice

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Maurice, c’est le pantalon cigarette de la collection automne 2014 de République du Chiffon. Ce fut un vrai coup de coeur pour moi, tant j’aime et je porte des pantalons au quotidien. J’adore sa forme, ultra bien coupée, près du corps et bien affutée. Ce n’est pas une surprise, j’ai trouvé ce patron très très bien conçu et agréable à réaliser.
J’ai, du fait de ma petite expérience pour ce genre de modèle, une réelle appréhension à me lancer dans la réalisation de pantalons. Je crains toujours de passer un temps fou à retoucher ce type de vêtement qui, je le sais, ne sera pas porté s’il ne tombe pas bien. Et je dois dire que Maurice a été une véritable réconciliation.

J’ai voulu coudre mon premier Maurice dans un magnifique lainage à costume gris rayé, trouvé sur Ma petite mercerie. Son extrême douceur et son soyeux m’avaient en effet conquise. Par excès de prudence j’ai fait une toile avant de me lancer: cela s’est révélé inutile au final puisque je n’ai fait aucune retouche. Enfin, si: j’ai juste rajouté 3 cm au bas des jambes et j’ai réalisé un ourlet invisible à la main.
Je me suis appuyée sur le tuto de Jacques réalisé par Géraldine sur le site de République du Chiffon pour réaliser la poche passepoilée (d’ailleurs je me suis trompée de côté pour la poser). Pour ce qui est de la braguette j’ai suivi le pas à pas de Smichkine. Un grand merci à toutes les deux pour ces super explications 🙂

Je profite de ces photos pour vous dire que Maurice participe au concours « Trendy et Happy » de Mydress-made. Vous pouvez donc voter pour lui jusqu’au 05 décembre si vous le souhaitez. Enfin, moi je vous y encourage vivement en tous cas! 😉

Je vous montre donc aujourd’hui Maurice, dans une version un peu habillée et dont je suis très contente!
Ouh la la, je sens que je vais vite revenir vers toi Maurice 🙂

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Pantalon Maurice de République du Chiffon par le coussin du singe

Gisèle

Gisèle c’est la nouvelle petite veste mi-saison de République du Chiffon issue de la collection Automne 2014. C’est pour moi un basique qui se marie avec une multitude de tenues. Ses rondeurs, ses arrondis si élégants et pleins de poésie m’ont charmée dès le premier regard. Sa forme un peu loose lui apporte la décontraction nécessaire pour être portée durant des heures et se faire oublier. Gisèle met en valeur une élégance naturelle et une douceur toute féminine.

Dès sa découverte j’ai commencé à rêver d’elle et à l’envisager dans une multitude de versions mais avec une idée constante: faire de cette nouvelle tenue un havre de douceur et de confort. L’idée d’un faire un mix entre un cardigan et une veste s’est peu à peu imposée; elle s’est réellement concrétisée lorsque je suis tombée sur ce lainage texturé extrêmement souple et doux, proche d’une maille mais sans être extensible.
Je me suis donc lancée pour réaliser ma première petite Gisèle dans ce lainage et ai opté pour une doublure en satin noir.

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

Géraldine; tu nous gâtes à nouveau avec cette splendide collection, originale, incontournable, aux modèles si aboutis et extrêmement bien construits. J’aime énormément cette nouvelle collection!

Le montage de Gisèle a été limpide, même si, pour garder l’esprit cardigan de cette version j’ai opté pour les poches plaquées (plus discrètes que les poches passepoilées à rabat). Pas de montage de col ici, tout tombe impeccablement… le bonheur! J’avais lu sur le blog de Mydress-made, dont la version est superbe, qu’elle taillait un peu grand alors j’ai foncé sur un 38 sans hésiter (je suis habituellement entre 38 et 40) et je trouve qu’elle tombe parfaitement.

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

veste Gisèle de République du Chiffon en lainage par le coussin du singe

Bis repetita

La rechute…

J’avais eu par le passé la fâcheuse tendance à rester focalisée sur un patron et à publier en boucle nombre de versions plus ou moins proches, proposant tout au plus quelques timides modifications. Je dis bien par le passé parce que depuis quelques mois déjà je me découvre abstinente à la robe Sigma ou à la chemise Mythique et pourtant, croyez-moi, les tentations sont quasi-quotidiennes. Addiction, addiction, je vous vois venir avec ce diagnostic effrayant… Non, moi je parlerais surtout d’une alchimie entre le modèle cousu, le style dans lequel il s’inscrit et la morphologie de la couturière. Et sur ce point il est vrai que parfois certains patrons s’accompagnent d’une lumière particulière dont le rayonnement s’impose à chaque étape: découverte du modèle, plaisir dans la réalisation, satisfaction à l’essayage et enfin portabilité maximale.

So… (j’essaie de lâcher le « bref » mais là aussi c’est dur) So, j’ai actuellement une fébrilité particulière avec le patron Confortable de Mlm patrons. Voilà, c’est dit… Je vous ai présenté le Confortable la semaine dernière dans un mélange de crêpe et de dentelle blanc-crème? Et bien cette fois-ci vous aurez une nouvelle version, très proche, bleu-marine, faîte de l’association d’une viscose et d’une dentelle dans ce coloris. Pour réaliser cette version j’ai voulu laisser un décalage apparent entre les deux tissus dans le bas des manches. J’ai donc cousu mes deux corsages viscose / dentelle séparément puis je les ai réunis en cousant les cols ensembles (endroit contre endroit) puis enfin l’ourlet du bas. Ici encore j’ai uniquement réduit la longueur des manches d’environ 10 cm.

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

 

Ce modèle, plus habillé que le précédent, est parfait pour s’assortir à une jupe mais je le trouve tout aussi sympa avec mon jean un peu usé.

Je vous laisse quelques photos de cette deuxième version en vous souhaitant un très bon week-end et pour les chanceux de superbes vacances 🙂

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

le Confortable de Mlm patrons en viscose et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable

Le Confortable, quelle appellation prometteuse pour ce petit haut imaginé par Marisa Mlm. C’est en préparant ma garde-robe d’automne en rentrant de mes vacances d’été que j’ai découvert ce très joli patron. Le confortable est un petit haut à manches longues, extrêmement bien coupé, sans aucune pinces de poitrine ou de dos et pourvu d’une encolure bateau terriblement féminine. Ce modèle est parfait pour tout type de tissus: lin, coton, viscose, lainage, molleton. Quel plaisir de pouvoir l’imaginer dans d’infinies versions. Le choix du tissu d’un modèle est l’étape que je préfère dans la réalisation d’un vêtement et avec le Confortable je suis ravie! Ce patron, de part la simplicité de sa coupe, met à l’honneur les tissus et ça j’adore!

Depuis plusieurs semaines je louchais honteusement sur la version en crêpe blanc crème réalisée par La Poule, une version à la fois habillée et décontractée comme j’aime. Et justement j’avais trouvé lors d’une récente visite au Marché d’Antony, un très beau coupon de crêpe assez fin. C’était sans compter ma visite chez BennyTex, véritable lieu de perdition dont les trésors m’avaient été vantés par Mydress-made puis par Annie Coton. Ces deux talentueuses couturières ont récemment écrit des articles plus qu’alléchants sur ce vendeur d’exception et je me suis donc promptement rendue chez Benny. Hormis les magnifiques coupons de lainage, de gabardine de soie, de crêpe de soie, …, je me suis amourachée de cette dentelle que j’ai tout de suite imaginée sur mon Confortable.

Mon tout premier Confortable est donc ici cousu dans un mariage ultra fluide de crêpe et de dentelle, d’une extrême douceur. Sa réalisation a été très agréable: j’ai cousu le col de la dentelle sur l’encolure de mon crêpe (endroit contre endroit) puis j’ai raccordé les épaules en faisant une couture interne cachée entre mes deux tissus. Le reste du vêtement a été entièrement monté avec des coutures anglaises: manches et côtés. Enfin j’ai réalisé un ourlet sur mes manches que j’avais déjà raccourcies lors de la découpe de mon tissu d’environ 10 cm pour qu’elles aient une longueur 3/4. Au niveau taille j’ai pris du L pour un 38/40 du commerce et je n’ai fait absolument aucune retouche d’ajustement.

Que vous dire de plus? Que j’ai déjà des étoiles dans les yeux en pensant à mes prochaines versions du Confortable? Que j’ai envie de le porter tous les jours tant il est effectivement ultra confortable et seyant à souhait?

Je dirais un grand MERCI à Marisa pour ce magnifique patron qui va m’accompagner pendant un long moment 🙂 Excellente soirée à tous!

 

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Le Confortable de Mlm patrons en crêpe et dentelle par le coussin du singe

Photos Jb Boussuges
Collier Schlomit Ofir (un oiseau sur la branche)
Jean Sezane (2014)
Bottines Minelli (2012)

Bernadette

Depuis déjà quelques mois je rêvais d’une petite veste qui m’aurait accompagnée sur la fin de l’été. Un veste douce, confortable, colorée… Une veste que l’on prend plaisir à enfiler à l’arrivée des premiers courants d’air ou encore à la lumière du matin pour sortir de la maison.
C’était sans compter sur ce magnifique été indien, inespéré, qui a su prolonger des températures douces et un ensoleillement si agréable. Ma petite veste est ainsi passée au second plan de mes priorités du moment, le port de manches longues étant devenu totalement inadapté aux températures affichées.

Depuis déjà quelques semaines je me pâmais sur une petite Bernadette for Liberty, adorable version matelassée de la veste Bernadette de République du Chiffon par La Petite Maison Couture. J’avais alors trouvé cette petite veste si fraîche et si parfaitement coupée que je l’avais immédiatement ajouté à ma déjà très longue To Do List.

Et c’est ainsi que je suis partie en quête du Liberty parfait pour mon projet. Comme vous le savez certainement, il est très difficile de choisir un Liberty: cela veut dire renoncer à tous les autres…et ce fut donc pour moi plusieurs jours de pénible hésitation (les amateurs me comprendront). C’est finalement sur ce Liberty Emma and Georgina (F) que mon choix s’est arrêté, trouvé sur le tout nouveau site de Stragier.
J’ai matelassé chaque pièce manches / devant / dos en cousant mon tissu à du molleton déjà matelassé. J’ai ensuite assemblé les différentes pièces obtenues en prenant soin de réduire la largeur des côtés et du dos d’environ 1 cm à chaque bord pour que ma veste matelassée (et donc un peu rigide) ne soit pas trop large. En revanche je n’ai pas touché à la longueur de la veste.
J’ai enfin posé une doublure en satin bleu nuit.

Cette petite veste est non seulement très agréable à porter mais elle est très facile à coudre: je ne relève aucune difficulté si ce n’est le matelassage qui est assez long. Je garde en tête d’autres versions à venir, matelassées ou non, pour m’accompagner jusqu’à cet hiver 😉

Je vous souhaite à tous et toutes une très belle soirée!

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

veste Bernadette de République du Chiffon en Liberty matelassé par le coussin du singe

veste Bernadette de République du Chiffon en Liberty matelassé par le coussin du singe

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Veste Bernadette de République Du Chiffon matelassée en Liberty par lecoussindusinge

Oh my goOd!

A l’heure où je vous écris ce petit billet je tente de récupérer de l’intense effort que je viens de réaliser: courir plusieurs kilomètres après plusieurs années d’héroïque abstinence. C’est vrai, le temps file, à une allure qui me dépasse. Notre époque est en perpétuelle évolution; les années bondissent malgré une foulée que je m’astreins à garder régulière. En témoigne mon fils aîné qui a bien voulu m’accompagner aujourd’hui dans cette petite course improvisée, et qui a pris plaisir à me coiffer au poteau… quand je pense qu’hier encore c’est moi qui lui apprenais ses premiers pas… (douce est cette vie où je découvre le bonheur de mes enfants de se surpasser et tendre vers leur avenir).

Je suis témoin aujourd’hui de petites mutations, attendrissantes, petites pierres à l’édifice certainement nées un jour dans une cours de récréation et qui participent parfois à l’évolution du langage. Et c’est ainsi que j’ai récemment entendu mon fils réagir avec un surprenant « Oh my GoOd! » (prononcez oh–maï–goud en marquant clairement un temps d’arrêt entre chaque mot), qui marque une nouvelle expression usuelle, pour le moins dans le périmètre de mon pâté de maison. Il est définitivement très amusant d’observer les conversations de nos progénitures, prises dans cette forme de mimétisme caricatural.

Anyway, cet article aura pour but aujourd’hui de vous exprimer mon souhait de rester en phase avec mon temps…encore et toujours. Et quoi de plus basique, de plus solide, de plus actuel, de plus classique qu’un jean? C’est en consultant un des derniers articles de Jolies Bobines que je suis tombée en amour devant le Wyome Boyfriend jean de Named Patterns. Et là je vous avouerai que mon tout premier « Oh my goOd! » m’a échappé. L’émotion certainement … Alors j’ai succombé; j’ai composé promptement sur ma tablette « Named patterns », terminé ma transaction puis ai imprimé cette nouvelle petite merveille. J’ai fait une toile car je sais combien il est difficile de reprendre un pantalon… J’ai bien fait. Wyome boyfriend jean est parfait mais il m’a fallu remonter les poches arrières de 2 cm et réduire hanches et ceintures de 6 cm au total. Question de morphologie peut-être..? J’ai utilisé un denim gris-noir très léger et souple. Compte tenu de la forme un peu loose de ce modèle, je pense qu’il est nécessaire de prendre un tissu relativement souple.

Avec ces quelques modifications mon boyfriend jean tombe parfaitement. Je suis ravie. Si vous craquez à votre tour je vous conseille de faire une toile également pour éviter l’horreur absolue que nous avons toutes vécue au moins une fois: retoucher un pantalon… (enfin c’est mon vécu…). Néanmoins je ne peux que vous recommander ce patron, très très bien huilé, parfaitement coupé, agréable, et qui offre un modèle si abouti.

Je vous souhaite une très belle soirée et vous dis à bientôt 🙂

 

Wyome Boyfriend jean de Named pattern en denim léger gris/noir

Wyome Boyfriend jean de Named pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

ù

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Wyome boyfriend jean de Named Pattern en denim léger gris/noir

Back to the eighties

Drôle de titre me direz-vous…
Il faut croire que je suis à l’évidence, une fille femme des années 80′;
L’été tirera bientôt officiellement sa révérence pour de longs mois.
Cette année, même s’il s’est montré facétieux pour de nombreux vacanciers, j’ai pu profiter de mes vacances qui se sont révélées douces lumineuses et ressourçantes. Le retour, fixé à la mi-août, bien que légèrement appréhendé, fut marqué par de jolies retrouvailles au travail et une énergie renouvelée. Cependant un retour reste un retour, même s’il est clément: il marque la fin de la pause et la reprise d’un rythme plus soutenu.

Mais je vous surprendrai certainement en vous disant que j’aime la rentrée. Je ne peux m’empêcher d’y associer des réminiscences de mon enfance et des nombreuses rentrées à l’école dans les années 80′ où je découvrais ma nouvelle maîtresse.
Mes deux soeurs et moi étions assises à l’arrière de la voiture conduite par nos parents et nous prenions plaisir à ritualiser en choeur un « ah glagla glagla » expiant nos angoisses.
La rentrée fait donc aujourd’hui toujours écho à ce « ah glagla galgla » et je retrouve toutes ces émotions sur les visages de mes enfants: curieux, anxieux, exaltés et pressés. Quel plaisir que celui de les accompagner vers leurs nouvelles pages des cahiers d’écolier!

Pour marquer le début de l’automne et savourer encore les bienfaits de ma pause estivale j’ai choisi de coudre une chemise qui se veut décontractée. J’ai utilisé le patron Archer Button up de Grainline studios et j’ai été enchantée par cette découverte. Je l’avais aperçu depuis quelques mois sur le blog de sa créatrice. Déclinable à l’infini dans de multiples versions j’ai eu envie de me lancer.
Cette chemise n’est pas cintrée: Aucune pince de poitrine et une jolie pince centrale dans le dos. Tout cela lui confère un côté décontracté très agréable.
J’ai utilisé un coton gratté ultra doux et suffisamment épais pour réaliser cette première version qui invite au cocooning et à la détente. Déjà porté à plusieurs reprises, j’aime son côté casual et parfaitement coupé. Un petit détail à noter sur ce patron qui est parfait par ailleurs: il taille assez grand notamment au niveau des manches.

Espérant que vous avez fait un bon retour chez vous et une bonne rentrée je vous souhaite une belle journée 🙂

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

IMG_4803

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

chemise Archer Button Up par le coussin du singe

Mistral poudré

Coup de coeur il y a quelques semaines pour le nouveau patron de Marie, le léger et estival Mistral. Vous savez, le genre de patron où on ne peut plus réfléchir, on clique et c’est tout, en pensant intérieurement « j’en ai BESOIN tout de suite »…

Mais contrairement à la rapidité de mon achat j’ai longtemps hésité sur le tissu que je souhaitais utiliser pour le coudre… Pour ce genre de modèle, mon tissu devait avoir une certaine fluidité mais rester très léger…

Finalement, c’est grâce aux conseils avisés de mon grand loulou, qui du haut de ses 7 ans montre un intêret précieux pour les étoffes, que j’ai finalement trouvé une jolie association pour ce modèle. Le choix s’est donc arrêté sur un coupon de coton Nani Iro- Dots rose poudré que j’avais trouvé chez Cousette il y a quelques temps:  une gaze de coton doublée tissée de manière très légère et extrêmement douce. Sur ce rose poudré les pois sont de couleurs variées, certains sont légèrement irisés. Ce côté aérien m’est apparu comme le prolongement de ce modèle et je m’imaginais déjà cet été, bercée par les embruns marins aux parfums légèrement iodés… C’est que, je compte les jours jusqu’à la quille, qui enfin se profile!

IMG_4468

 

Pour cette robe, je dois dire que j’ai été extrêmement bien inspirée de laver mon tissu avant de le couper: il a fortement rétréci et je réalise a postériori que je n’aurais pas pu porter cette robe une fois lavée si j’avais zappé cette étape. Je conseille donc à toutes celles qui optent pour cette si belle matière de bien laver leur coupon au préalable.

Mistral est, comme tous les patrons de Marie, une pure merveille. Réalisé en deux heures environ, il me donne déjà envie de craquer sur une deuxième version, dans un coloris peut-être plus sombre.

Pour celle-ci je suis juste un peu déçue par la légère transparence du tissu sur la parementure; j’aurais pu doubler entièrement le buste ou faire comme La Poule qui a remplacé les parementures par un biais… La question ne se serait pas posée avec un tissu non transparent.

Enfin voilà, dans ma valise des vacances d’été, il y aura c’est sûr cette petite robe légère, douce et aérienne, parce que je compte la porter et la reporter encore 🙂

Belle soirée à tous et toutes,

 

IMG_4419

 

IMG_4468

IMG_4447

IMG_4457

IMG_4463

IMG_4461

 

IMG_4469

Love is all

Les temps sont durs, c’est ce que l’on nous dit en tous cas… et l’actualité récente nous montre que des personnes doutent, de plus en plus, et parfois même se perdent…?  Pour ma part je ne ferai pas de politique sur ce blog.

Malgré tout j’ai été touchée par la réaction d’Ahhude du blog « l’atelier clandestin » et je rejoins avec plaisir et bonheur son défi #lebleumarineestàtoutlemonde découvert sur Instagram. Une seule consigne pour ce défi: Se faire plaisir en bleu marine et se rappeler que cette couleur est celle de tous, de toutes. Bref coudre une ou plusieurs pièces bleu marine. On pourra tolérer du bleu nuit, saphir, de Berlin, de minuit, de Prusse, égyptien, denim, cobalt, smalt et autres bleu foncés.

Parce que le bleu marine est à tout le monde, une couleur comme les autres et que j’aime énormément; parce que la beauté de la vie ce n’est certainement pas une couleur qui divise mais qui au contraire se marie avec toutes les autres…

Mon message d’aujourd’hui c’est cette chanson de Roger Glover, et c’est cette petite robe d’été, qui rejoindra ma valise pour les vacances, la Gathered Sundress de Pattern Runway, réalisée dans une viscose bleue marine à petits noeux blancs de chez Anna Ka Bazaar…  Je vous invite à lire la suite en chantant 🙂 et à laisser la vague D’AMOUR vous submerger avec bonheur 😉

 

IMG_4296

 

IMG_4302

 

IMG_4278

 

IMG_4305

 

 

IMG_4312 (1)

 

 

IMG_4304

 

 

IMG_4307 (1)

 

 

IMG_4292

 

Everybody’s got to live together

All the people got to understand

So, love your neighbour

Like you love your brother

Come on and join the band

 

Well, all you need is love and understanding

Ring the bell and let the people know

We’re so happy and we’re celebratin’

Come on and let your feelings show

 

Love is all, well love is all,

Love is all, can’t you hear the call

Oh, love is all you need

Love is all you need at the Butterfly ball

 

Ain’t you happy that we’re all together

At the ball in nature’s countryside

And although we’re wearing different faces

Nobody wants to hide

 

Love is all and love is all and

It’s easy, yes it’s so easy

At the Butterfly Ball where love is all

And it’s so easy

 

All you need is love and understanding

Hey, ring the bell and let the people know

We’re so happy and we’re celebratin’

Let your feelings show

 

Love is all, yes love is all at the Butterfly Ball

Love is big, love is small,

Love is free, love is all

At the Butterfly Ball

 

When you back’s to the wall

When you’re starting to fall

You got something to lean on

Love is everything

It can make you sing at the Butterfly Ball

Love is all, I say love is all, yes love is all

At the Butterfly Ball

 

Roger Glover, « Love is all »

J’ai fait ma Maligne

 

Aime comme Maligne en viscose à motifs

Aime comme Maligne en viscose à motifs

 

J’ai fait ma petite Maligne, à l’approche des beaux jours et des futurs « grandes » vacances que je commence à attendre avec impatience… Et oui, je suis comme ça, incorrigible: deux rayons de soleils, des températures douces, et je pars dans mes rêveries vacancières. Je vois des sourires d’enfants, des chapeaux de paille, quelques ploufs désaltérants, des balades et des rigolades, des grillades et même une citronnade! Pour moi les vacances, les « grandes » vacances, c’est tout ça. Hummmmm….. 🙂

Mais en attendant, il faut encore travailler… Bouh!!!

Alors moi je dis: Afin de tenir sur cette dernière ligne droite une mise en situation et une préparation psychologique sont nécessaires. Désormais, et jusqu’à la mi-juillet pour chaque article de ce blog je vous proposerai une petite tenue que je glisserai dans ma valise pour mes « grandes » vacances à moi. Attention, le compte à rebours commence!

Dans ma valise  cette année, il y aura donc ma nouvelle Aime comme Maligne: un patron de Marie, très agréable à découvrir, que j’ai choisi de réaliser dans une viscose très lumineuse de chez Anna Ka Bazaar. En effet, étant donné l’ampleur de ce modèle j’ai pensé qu’un tissu fluide lui donnerait un joli mouvement. Et c’est vrai, ce tissu lui va très bien. Je l’ai tout de même un peu raccourcie sur les côtés de 4cm environ… je n’ai pas l’habitude des vêtements amples pour ne rien vous cacher. Malgré cette petite modification, je sais que je porterai ce petit corsage rentré dans mon pantalon ou dans une jupe. Je ne le trouve pas très seyant sorti sur la ceinture du pantalon (question de morphologie sûrement).

Voilà, quelques photos pour vous avant de la ranger in the suit-case 😉

Je vous invite à aller voir d’autres très jolies versions notamment celles de PapivoleMarisa et Clo que je trouve fabuleuses!

Aime comme Maligne en viscose

Aime comme Maligne en viscose

 

IMG_3938

 

IMG_3951

 

IMG_3945

Et en attendant la quille, passez une très belle semaine…

Ma Mythique revisitée en chambray

 

 

IMG_4080

 

De retour d’un magnifique mariage je prends enfin quelques minutes pour vous montrer ce qui me fait vibrer en ce moment: j’ai nommé la Chemise.

Oui, la chemise, ce vêtement si essentiel de notre garde-robe que j’aime porter souvent dans des variantes très diverses. Je ne vous ai pas encore assez parlé de mon amour des chemises…

La chemise pour moi c’est la possibilité d’être à la fois habillée, de passer absolument partout, de pouvoir jouer avec ses boutons et ses manches au fil de la journée pour m’octroyer un air faussement décontracté si je le souhaite ou au contraire très contrôlé. La chemise c’est aussi l’amour des belles matières sublimées: la soie, la batiste, le coton, le lin, la viscose, ou comme ici le chambray. C’est enfin le souci du détail, celui des boutons, des pattes de boutonnage, et celui du col. J’ai un amour inconditionnel pour les cols, c’est comme ça j’y peux rien.

Bref, la chemise est un de mes essentiels de garde-robe mais jusqu’à récemment je me lançais difficilement dans des réalisations de chemises car cela me paraissait fastidieux, risqué et un peu pénible à coudre. Faire un joli col, des boutonnières, monter les pattes de boutonnages… autant d’étapes qui me stressaient sachant par avance le travail approximatif que j’allais fournir.

Et puis en avril dernier j’ai participé à un deuxième atelier couture République du Chiffon chez Anna Ka Bazaar. Afin de m’améliorer sur ces points de blocage j’ai choisi le chemisier Berthe. Un moment extra bien sûr où j’ai appris à monter un col impeccable et à faire de jolies boutonnières. Je suis repartie avec la sensation d’avoir un boulevard qui s’ouvrait devant moi pour faire de jolis chemisiers. Géraldine m’a bien sûr montré le montage du col; mais surtout elle m’a montré un tas de petits trucs techniques qui apportent beaucoup de précision et dont je me sers à chaque fois que je couds. Bon, j’ai choisi de ne pas vous montrer Berthe, parce que, honnêtement je l’ai faite trop petite et ce n’est pas très joli sur moi. Mais aujourd’hui je vous montre une chemise Mythique de Aime comme Marie revisitée, en chambray noir trouvé chez ma petite Mercerie et avec un col Claudine déjà utilisé ici.

C’est simple, je suis dingue de ce petit col Claudine que je trouve hyper féminin, de ce tissu très doux et agréable, de la coupe presque androgyne de cette chemise…le mariage de tendances, je vous le disais récemment, c’est ce que j’aime le plus! Un petit bémol cependant: une petite touche de couleur est nécessaire au risque de faire très terne! Donc ongles rouges INDISPENSABLES!!! Et rouge à lèvres pour les brunettes comme moi aussi …ben oui, parce que l’Espagne et les Antilles, pour ne citer que ça, ça donne rarement des blondinettes 😉 !

En vous montrant les photos de ma première chemise en chambray, je vous souhaite une merveilleuse fin de journée!

 

Mythique revisitée en chambray

 

IMG_4105 (1)

 

IMG_4079 (1)

 

IMG_4098

 

Mythique revisitée en chambray noir

 

IMG_4071

Mythique revisitée en Chambray noir

Michelle

Ah Michelle… (soupir d’extase)…on a passé un bon moment ensemble non? C’était plutôt sympa ce petit tête à tête einh?

Michelle Michelle Michelle, que dire de plus… que je t’ai aimée dès le premier regard sur IG? Que j’ai guetté l’ouverture de la boutique RDC avec une impatience incommensurable, d’autant plus avec ce délicieux suspense que ta créatrice avait créé autour de ta naissance?

Bon alors, la veste Michelle: honnêtement, je l’ai cousue avant le « pas à pas »  posté par Géraldine Debeauvais sur le site République du Chiffon et je l’ai faîte avec un immense plaisir. Tout roule, tout est beau, clair, tombe parfaitement. Les explications sont vraiment claires et moi j’ai envie de dire ce soir: Merci merci merci République du Chiffon de nous avoir proposé une si belle collection parmi laquelle cette si jolie Michelle (et bravo Géraldine pour les patrons pochettes!). Alors oui , c’est vrai, il y a toutefois un écueil à cet engouement… j’ai une « to do list » qui s’est gravement allongée. Mais en même temps j’ai envie de dire « Et alors? Que diable! Soyons fous pour une fois! » 😉

Voilà, vous savez presque tout. Michelle est dans un coton à chevrons gris bleuté de la boutique « les merveilles de Saint Pierre », très fluide et agréable à porter mais qui froisse un peu quand même. Sa doublure est dans une batiste de coton qui sera bien agréable pour des températures plus élevées. J’ai voulu garder un côté classique et basique pour cette première version. Dire que j’aime ce patron serait un doux euphémisme…

A patron d’exception, shooting d’exception… dans un lieu magique où vivent deux belles colombes… Merci pour votre accueil;

Et voici les photos de ma petite Michelle:

 

Michelle de République du Chiffon en coton chevrons gris bleuté

Michelle de République du Chiffon en coton chevrons gris bleuté

 

IMG_3902

 

IMG_3922

 

 

 

IMG_3921 (1)

 

IMG_3893

 

IMG_3916

 

IMG_3877

 

A bientôt,

 

 

 

 

 

Rigel bomber forever

Oui; je fais partie de ces filles qui aiment marquer un petit temps d’arrêt sur un modèle, ou y revenir quelques temps plus tard… Vous l’avez certainement remarqué avec certains modèles… (le Melting pot de Marie, la sigma dress de Papercut, la Mythique de Marie, Adrienne de République du Chiffon, Minna blouse de Salme et puis récemment le Rigel Bomber de Papercut)…Ah bon je ne vous ai pas tout montré?

Le point commun de tous ces modèles c’est qu’ils ont tous été un vrai coup de coeur pour moi et que j’ai voulu les revisiter dans différentes versions…(et je sens que ce n’est pas fini quand je vois toutes les nouveautés en préparation chez nos jolies créatrices…)

Est-ce parce qu’ils s’accordent bien avec ma morphologie? E possibile

Est-ce parce qu’ils ont un degré de portabilité satisfaisant? Maybe

Est-ce parce qu’ils sont déjà reportés sur le papier de soie (sous-entendu pas besoin de recommencer ce travail fastidieux) It might be true….

Est-ce parce que j’entame avec eux une relation amoureuse obsessionnelle? Sure!!!!

Toujours est-il que j’aime la « personnalisation » que permet la couture. Avant, quand j’étais plus jeune, inconsciente, insouciante je prenais un malin plaisir à acheter le même modèle dans plusieurs couleurs voire même plusieurs tailles… Mais ça c’était avant. Aujourd’hui j’ai créé mon propre magasin de prêt à porter féminin à domicile et là… le piège!!! Mon armoire me fait la tête, comme avec un air de dire « et ça va continuer encore longtemps cette histoire???? ». Je couds, je couds, je couds, une fois, deux fois, trois fois!!! Jamais rassasiée!

Rigel Bomber donc je l’ai adoré; et encore, je pèse mes mots. C’est le petit blouson branchouille qui dynamise une tenue basique. Il va avec tout: jean, jupe, ballerines, derbies, petits talons. Bref, un modèle comme j’aime, très portable, très confortable et adorable (pour la rime mais pas que).

Voici ma deuxième version, en laine bouillie gris chiné. Je l’ai doublé ici aussi et j’ai rallongé la longueur des manches.

 

IMG_3246 - copie

IMG_3248 (1)

IMG_3256 - copie

IMG_3251c

IMG_3269

IMG_3261

IMG_3265

IMG_3253

IMG_3255 - copie

Sunday with Georgina

Georgina la belle Georgina… J’ai découvert ce nouveau patron de République du Chiffon avec un grand bonheur. Emballée dès la première seconde par sa coupe délicate, fluide et gracieuse, et surtout, surtout, par son dos fabuleux, je l’ai téléchargée et préparée dans la foulée.

Rattrapée par le rythme du quotidien et quelques encours, je n’ai pas pu m’y atteler tout de suite, mais finalement son tour est venu pendant un dimanche ensoleillé: Georgina est un patron qui s’est révélé très très chouette, hyper clair, agréable, avec en plus une petite fiche technique sur le blog sur la pose de la bande de propreté. Ce nouveau patron pdf  peut en outre être coupé directement à même le papier, les différentes pièces ne se superposant pas. Bref, des finitions de qualité: Merci merci Géraldine!

Georgina je l’ai choisie dans un des merveilleux viscoses d’Anna Ka Bazaar: le Sunday bleu. Le deuxième tissu, visible sur le dos et la face intérieure des mancherons est une batiste de coton « bleu orageux » de France Duval Stalla. Enfin, j’ai ajouté une doublure à la jupe en satin bleu nuit.

Georgina ne m’a pas posé de difficultés particulières tant les explications sont précises. J’ai un peu adapté le modèle à ma morphologie en ajustant un peu plus le corsage pour le rendre moins blousant.  C’est peut-être pour cela que le dos semble démarrer un peu plus haut que sur le modèle d’origine…? Je rejoins Tatihou (sa version…quelle beauté!) je trouve que c’est un niveau 3/4, mais honnêtement en prenant son temps et avec toutes les explications données on y arrive sans problème.

Anyway, Georgina, je t’adore, je te kiffe même et je pense qu’on va faire une bon petit bout de chemin toutes les deux!

Quelques photos pour vous; et une très belle soirée…

 

IMG_3489

 

 

IMG_3482

 

IMG_3535

 

 

fb

 

IMG_3550

 

IMG_3548

 

 

IMG_3485

 

 

fb2 (1)

 

 

 

 

Black and white vest

J’aime j’aime j’aime les motifs géométriques ces derniers temps. Et je suis ravie parce qu’avec les tendances mode du moment j’en vois partout, sur les pantalons, les t-shirts, les chemises, et, mon gros coup de coeur, sur les vestes.

J’avais en réserve un petit coupon de lainage tissé assez épais, magnifique mais malheureusement trop petit pour en faire une pièce importante. Mais l’arrivée de ce redoux m’a donné envie de l’utiliser pour en faire un gilet de mi saison.

Je me suis alors penchée sur les patrons que j’avais en réserve et le Melting pot de Marie m’a à nouveau fait de l’oeil. Et oui, je l’avais déjà utilisé pour une tunique courte en tissu traditionnel japonais très géométrique ici et je trouve que décidément il s’associe très bien avec des tissus de ce type à mes yeux.

Cette fois ci j’ai utilisé la taille au dessus, d’autant plus que mon lainage n’est pas extensible. J’ai choisi de lui donner une forme asymétrique en accolant la bande du milieu à un côté. J’ai allongé les manches et j’ai également réduit légèrement le bas des devants et du dos pour que la forme ne soit pas trop évasée. Enfin, j’ai fermé ce gilet avec des petites agrafes  très discrètes qui ne surchargent pas mon vêtement s’il est ouvert.

J’aime cette coupe légèrement plus haute à l’avant, assez ajustée et ce côté un peu décalé de l’ouverture. Bon, allez, je vous le montre. Ahhhhhh, ce que j’aime le printemps 🙂 (enfin presque, plus qu’une semaine).

IMG_3415

IMG_3417

IMG_3429

IMG_3431

IMG_3444

Victoria Blazer in textured silk

Hé hé hé !!! Le printemps arrive!!! Il est même pressé, généreux avant l’heure! Alors exit les gros manteaux d’hiver pourtant chéris pendant les grands froids; voici revenue l’ère des petites vestes de mi-saison et un projet que j’attendais depuis fort longtemps: le Victoria Blazer de By Hand London. Vu et revu sur instagram, mais surtout dans la très jolie version d’Anne’s Cousette, j’avais rêvé mon blazer dans un tissu très géométrique au départ.

Et puis… et puis… et puis je suis allée chez Misan, à Londres…et là…là… ; comment dirais-je…

Je vous avais récemment parlé de mon petit séjour à Londres et de mon craquage totalement déraisonnable pour un coupon de tissu extraordinaire chez Misan, maison de tissus haut-de-gamme situé dans la rue Berwick. Cette boutique fabuleuse propose des tissus magnifiques, des tissus « extra »-ordinaires et j’ai fondu après moultes hésitations sur cette soie texturée noire et grise, un peu épaisse et incroyablement douce. J’ai tout de suite imaginé mon Victoria Blazer dans ce tissu et je suis rentrée en France avec mon précieux trésor, une idée très précise en tête.

Le patron Victoria Blazer s’est révélé très bien conçu, clair et agréable à suivre, hormis le passage des poignets que j’ai refait plusieurs fois pour que la couture intermédiaire du poignet à la manche soit propre et invisible. Le problème principal fut pour moi d’adapter mon tissu relativement épais à ce modèle, notamment au moment de coudre le col à la veste puis de poser la doublure. Bon, je ne vous cache pas que je me suis mise en plus une pression de dingue vue la matière utilisée pour cette première version: pas de crash-test, j’ai tremblé donc…je me suis maudite aussi par moment. Mais finalement en repassant les coutures à chaque étape, la veste est ressortie assez chouette même si je reste convaincue qu’un tissus moins épais aurait été plus adapté pour ce modèle.

La voici ma petite veste de début de printemps, à très vite! Je vous souhaite une très belle soirée 🙂

 

 

IMG_3447

 

IMG_3458

 

IMG_3468

 

 

IMG_3461

 

le col Victoria Blazer

le col Victoria Blazer

 

IMG_3454

 

IMG_3459

 

le poignet Victoria Blazer

le poignet Victoria Blazer

 

IMG_3455

 

 

So good vibes

Alors alors? C’était comment? Tu y es allée?

Géraldine en pleine démonstration montage du col Gérard

Géraldine en pleine démonstration montage du col Gérard

Et bien oui, off course! Je suis allée à l’atelier couture de Géraldine Debeauvais proposé par Anna Ka Bazaar et ce fut un moment extra! Je suis donc arrivée sur les lieux: accueillie chaleureusement par Géraldine et Annabelle, avec un délicieux thé et deux grands sourires.  Nous étions trois « élèves », deux Julia et un Gérard, sur les « starting-block », attendues et installées dans la boutique merveilleuse d’Annabelle.

Que vous dire de plus? Je trouve ce concept génialissime, unique, avant-gardiste: Réaliser le vêtement de son choix avec son créateur, dans une ambiance cosy et chaleureuse. Partager sur sa passion avec d’autres émules qui, petit détail, ont exactement les mêmes envies, les mêmes goûts que vous. Apprendre avec une personne hyper talentueuse, disponible, ouverte et pétillante, des techniques de couture très spécifiques. Le bonheur. Ajoutez à cela la visite surprise de l’adorable Julie (Jolies Bobines), et vous obtenez un cocktail boostant votre taux d’endorphine pour un bon moment.

Géraldine nous a guidées tout au long de l’atelier, et s’est assurée que nous pourrions repartir en ayant suffisamment avancé pour pouvoir terminer seules chez nous. Bon, en ce qui me concerne, ce fut salvateur. Julia est magnifique; cependant elle ne s’improvise pas et j’ai apprécié d’être aidée pour réaliser l’étape des poches passepoilées et surtout du col. J’ai beaucoup appris, et je sais que je suis repartie avec l’envie énorme de recommencer ce type d’atelier pour d’autres projets, et de revoir toute cette équipe formidable…

Julia donc, je vous la montre aujourd’hui parce que terminée dans la foulée de l’atelier. Je ne savais pas comment la faire: velours? couleurs? imprimés? Rien ne collait avec l’idée que je m’en faisais: cette veste est très structurée, j’ai choisi de rester dans la même sobriété, si élégante, que celle de Géraldine, hormis les empiècements épaule que j’ai remplacés par un passepoil en satin doré et les épaules qui ne sont pas matelassées.

Tout s’est bien déroulé une fois rentrée à la maison, exceptée la pose de la doublure sur les manches… comme une façon de me dire « il semblerait qu’on ait pris la confiance…? hé hé »… décousue et recouse quatre fois quand même.

Julia est donc en lainage bleu nuit, assortie d’un col bleu marine en twill. La doublure est en satin marine. Elle est chaude, elle est élégante; je crois que je vais la réserver pour mes sorties …

Julia, en lainage bleu nuit, patrons république du Chiffon

Julia, en lainage bleu nuit, patrons république du Chiffon

Julia, la doublure

Julia, la doublure

IMG_3303

IMG_3345

IMG_3355

IMG_3359 (1)

IMG_3321

le col

le col

IMG_3333

la poche passepoilée

la poche passepoilée

vue de dos

vue de dos

IMG_3307

Plantain & Sureau in London

Une petite robe aperçue sur Pinterest, dénichée par Eléonore de Deer and Doe, m’avait fait de l’oeil depuis quelques temps. Une robe en jersey gris chiné qui évoquait un mariage entre le top plantain et la robe sureau. Peut-être que certaines d’entre vous l’avaient aussi remarquée?

Toujours est-il que lors d’un petit week-end londonien fin janvier je suis allée dans la rue Berwick (quartier soho), la rue des marchands de tissus, et je suis tombée chez Cloth House sur un jersey de laine gris chiné, extra doux. Cloth house est une des boutiques de tissu londonienne qui vaut vraiment le détour: on y trouve de très beaux lins, de beaux lainages et des denims superbes. Donc, pour moi ce fut ce jersey.

Pour finir avec Londres, je suis également passée voir la boutique Misan, dans la même rue, qui propose, elle, du très haut de gamme, à couper le souffle tant les tissus proposés sont magnifiques, mais absolument hors de prix… damned! J’ai quand même joué la carte du « foutu pour foutu », si utile dans ces moments là. J’ai pris un petit coupon d’un tissu juste extraordinaire. Je vous tairai son prix, obscène…

Je referme la parenthèse Londres et je vous montre la petite robe: j’ai repris le schéma très clair d’Eléonore pour transformer le top plantain en robe, comme sur le modèle de Paunnet. J’ai juste choisi de réduire les fronces de la jupe pour un rendu plus « fondu » et j’ai découpé la taille un poil plus bas que sur le schéma.

Ma petite robe, je l’aime. J’y suis bien, et en plus, elle aime toute ma garde robe! Yeah

robe plantain sureau en jersey de laine gris chiné

robe plantain sureau en jersey de laine gris chiné

plantain sureau de dos

plantain sureau de dos

le col, robe plantain sureau

le col, robe plantain sureau

IMG_3173

Poo poo pee doo… poo!

Bon, je dois m’activer un peu pour vous dévoiler certains petits modèles cousus dernièrement; la liste de projets en attente de publication s’agrandit, et je veux notamment vous dévoiler celle qui n’avait pas encore affronté les flashs parce que plus timorée que les deux autres: Sigma n°3.

Comme vous l’avez certainement remarqué (mais si, je le sais bien), j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce patron et j’en ai réalisé plusieurs versions ici et , ainsi qu’une quatrième qui sera publiée ASAP. Cette robe s’accorde tout à fait avec ma garde-robe et ce que j’aime porter au quotidien: du jean du jean du jean, du casual, du girly… Bref, pas de surprise, je l’ai déjà portée à plusieurs reprises avec plaisir.

J’ai choisi à nouveau la version à fronces que je trouve si belle et des manches 3/4. Je l’ai également rallongée de quelques centimètres. Bon… en réalité, je dois être honnête, je voulais faire la version sans les fronces. J’ai reporté cette version sur mon papier de soie, j’ai coupé mon tissu et… au moment de l’assembler avec le buste j’ai vu qu’un truc clochait… ah ben oui, j’avais donc bien reporté à nouveau la version à fronces!!!!! (j’ai pris ça pour un signe…j’ai lâchement accepté cette fatalité).

Un petit inconvénient cependant: le jean est facétieux; il n’aime pas mes collants! La jupe me fait donc la petite blague de remonter devant à chacun de mes pas, ce qui n’est pas des plus pratiques quand on n’a rien d’une Marilyn (si si je vous assure, on est très différentes elle et moi: enfin c’est surtout qu’elle est blonde, et moi brune, sinon pour le reste… 😉 ). Je vais donc devoir prévoir un petit jupon à mettre en dessous pour mes prochaines balades en Sigma jean et m’exercer à chanter poo poo pee doo…poo.

La voici, la voilà, Sigma Jean, d’après les patrons Papercut Patterns: je vous souhaite un dimanche magnifique!

 

 

Sigma dress en denim de Papercut patterns

Sigma dress en denim de Papercut patterns

 

IMG_2857 IMG_2862

IMG_2850 IMG_2848

Rigel bomber

J’ai fait il y a quelques semaines, un petit tour du côté du Marché Saint Pierre. Aucune envie précise ne m’y avait amenée mais j’en suis repartie, comblée avec deux gros sacs de trésors sous le bras; et dans l’un d’eux: un très beau lainage en tweed bleu nuit et noir.

Après quelques hésitations sur le modèle qui lui conviendrait le mieux je me suis décidée pour le Rigel Bomber de Papercut Patterns, petit blouson très girly, aperçu dans les magnifiques versions de Jolies Bobines et du Cirque de Bébé. (Et justement, j’avais eu le bonheur de découvrir son patron au pied du sapin de Noël! )

Voici donc ma version en tweed, à laquelle j’ai ajouté une doublure parce que c’est vrai que cela finit mieux le vêtement et que cela permet de masquer les coutures des poches sur l’intérieur (Julie, je suis d’accord avec toi). Ce blouson est très agréable à réaliser; les explications en anglais et les schémas sont parfaits. J’ai juste eu des difficultés pour finir de poser la doublure, et d’ailleurs j’ai dû finir de la coudre à la main.

Pour ce qui concerne la taille, je me suis souvenue que la robe Sigma de Papercut taillait grand et j’ai foncé sur une taille M (je suis habituellement entre le M et le L)… Honnêtement, cela fait un tout petit peu juste pour moi finalement mais ça va. Le prochain aura certainement 1 ou 2 cm de longueur en plus (manches et taille), parce que oui, vous l’aurez deviné… il y aura forcément un prochain Rigel Bomber: je l’adore, je l’aime!!!

Et le TWP alors? Il en dit quoi le TWP? (The Wearability Project). Et bien il dit que ce vêtement est dans des couleurs qui s’accordent facilement avec ma garde-robe. Que sa coupe est parfaite tant pour mes innombrables jeans, que pour des robes. Mon Rigel Bomber est moderne mais pas too much. Il est élégant mais décontracté… Bref, un vêtement qui me ressemble. Si j’avais pris le temps comme l’ont fait admirablement Eléonore, Clotilde,  Julie ou Alice, je vous aurais proposé une petite nomenclature avec plein d’étoiles pour la réalisation de ce modèle, pour les matières utilisées et pour sa « portabilité ».  Croyez moi, j’y pense, j’y pense… il faut juste que je prenne le temps d’analyser ma garde-robe…juste…ça…pas grand chose en fait… (j’ai peur).

En attendant ces travaux pharaoniques à mes yeux, je vous montre mon petit blouson adoré: Mesdames et Messieurs, j’ai nommé le Magnifique Rigel Bomber!!!!!

Rigel Bomber de Papercut Patterns, en lainage tweed bleu nuit et noir

Rigel Bomber de Papercut Patterns, en lainage tweed bleu nuit et noir

 

IMG_3038

 

Wahou! Quelle belle doublure !!!

Wahou! Quelle belle doublure !!!

 

 

IMG_3071

 

 la poche du Rigel Bomber

la poche du Rigel Bomber

 

IMG_3043

 

IMG_3069

 

IMG_3075b

 

IMG_3047

 

IMG_3073

 

A très bientôt!

Un gros bisou spécial pour toi Claire et un grand merci pour ce très beau cadeau 😉

L’envol d’Adrienne

Oufffff… what a day!!!! Il y a des jours comme ça où on est content que cela s’arrête, content de retrouver les siens et de raconter ses péripéties, de s’accorder enfin une petite pause loin du stress…
Et, forte de ce constat, je me dis subitement qu’il y a des jours où je devrais m’habiller avec une certaine légèreté, un peu comme sur ces photos, avec des plumes qui volent sur un fond ciel azur. Oui c’est sûr, c’est ce qui aurait tout changé!

Et vous, pensez-vous que nos vêtements influent sur notre humeur? Sur nos journées?

Pour cette jupe légère et aérienne j’ai utilisé le patron « Adrienne » issu du livre Un été couture de République du chiffon. Un modèle simple et agréable à réaliser: j’aime tant faire les fronces sur les jupes! J’aime également sur ce modèle l’enfilade de boutons qui offre une fermeture centrale pleine de délicatesse. J’ai choisi un tissu coton et viscose, hyper fin et fluide pour que les fronces ne prennent pas trop de volume autour des hanches. J’ai légèrement raccourci la longueur et ai pris des boutons ton sur ton et non des boutons à recouvrir.

Conquise une nouvelle fois par les modèles de Géraldine Debeauvais, j’imagine ma prochaine Adrienne, unie, et dans sa longueur d’origine. En attendant, je vous laisse avec ces motifs qui invitent à la détente et au voyage …belle soirée…

jupe Adrienne issue du livre Un été couture de République du Chiffon

jupe Adrienne issue du livre Un été couture de République du Chiffon

IMG_2946

IMG_2952

IMG_2949 (1)

IMG_2942 (1)

IMG_2956

Mon petit bazar « chic »

J’avais trouvé ce tout nouveau patron de Aime comme Marie lors de ma virée débridée au Salon Création et Savoirs-faire Marie-Claire de novembre 2013. D’abord emballée par ce modèle que je trouvais original et actuel, je me suis longuement demandée quel tissu choisir pour ne pas l’alourdir, ni même coudre une version trop rigide et qui ne la mettrait pas en valeur. Pour ce modèle, j’imaginais un tissu très fluide, lumineux, et une unité totale entre le haut et le bas.

« Mon petit bazar » est une robe aux formes inhabituelles: La ceinture, basse et resserrée, vient cintrer ce modèle ample et court. On devine presque un petit air des robes des années 20, mais dans une version nouvelle pourvue de manches raglan longues et froncées.

Et puis lors d’une virée au Marché Saint-Pierre, je suis tombée sur un beau coupon de soie couleur « lie de vin », suffisamment épaisse pour ne pas être doublée, et avec une brillance modérée…Et je ne vous surprendrai pas en vous avouant que j’ai immédiatement pensé à « Mon petit bazar » version « bazar chic ».

Sans surprise non plus je vous dirais que ce patron est très très clair: les explications sont purement limpides et je n’ai rencontré aucune anicroche jusqu’à la couture du dernier bouton. Bref, le bonheur…( même si je déteste faire les boutonnières). En tous cas je suis ravie du choix de ce tissu pour cette robe et j’ai déjà une idée pour la prochaine… ha ha… 🙂

Belle soirée à tous et toutes!

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie "lie de vin"

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie « lie de vin »

IMG_2880

la ceinture, robe "Mon petit bazar" de Aime comme Marie

la ceinture, robe « Mon petit bazar » de Aime comme Marie

la fermeture boutonnée du dos

la fermeture boutonnée du dos

IMG_2892

IMG_2897

Sigma #2 … about passion

Entre Sigma et moi c’est heu… comment dire sans paraître excessive…. heu….. comment dirais-je…. well, how do you say in french : »l’amûr? »

Oui je suis tombée en amour pour la robe sigma de Papercut patterns, elle a tout ce que je peux attendre d’une robe: la féminité, le romantisme, la simplicité…(cf post de la semaine dernière… désolée). Car, oui, vous me direz que deux posts sur le même modèle c’est un peu fort de café! Et oui je vous répondrai que cette robe m’a rendue dingue…

Je vous avais laissé deviner la semaine dernière que deux petites Sigma allaient suivre la première; je vous dévoile donc la petite soeur de la première, plus fruitée, plus impétueuse, en twill rouge de chez Cousette.

Sigma#2  a les manches courtes mais j’ai gardé la version à fronces car le tissu s’y prête vraiment bien.

Allez, je garde encore un peu de suspens pour la petite benjamine Sigma #3?

Je vous laisse aujourd’hui découvrir le faire-part de ma petite deuxième et j’en profite pour vous remercier toutes pour les gentils petits mots de la semaine dernière qui m’ont fait très très plaisir! L’effervescence de Noël m’a empêchée de vous répondre, alors un grand MERCI!

 

Sigma dress de Papercut patterns en twill rouge

Sigma dress de Papercut patterns en twill rouge

 

IMG_2719 (1)

 

IMG_2717 (1)

 

IMG_2727

 

IMG_2723

 

 

IMG_2728

 

I love you Sigma

Il semblerait que les fêtes approchent à grands pas….

Il semblerait que chacune et chacun s’affaire à trouver LA bonne tenue pour festoyer dignement…

HOHOHO!!….

Il semblerait que j’aie à mon tour trouvé ma jolie robe de fête …?

Car oui, comme vous l’avez remarqué sur absolument TOUS les blogs et TOUS les magazines et même dans TOUTES les vitrines, Noël est là, à notre porte, il commence à chuchoter et à déchaîner nos enfants, il nous angoisse parfois, nous agite, nous rend compulsifs peut-être mais aimants certainement, à chercher inlassablement comment faire plaisir à l’autre et magnifier ces partages…

HA…. Noël…. amazing Noël!

Bref, ma petite robe de Noël je l’avais repérée depuis longtemps sur le blog de Jolies Bobines: la robe sigma de Papercut. Un vrai coup de coeur en réalité pour ce qui s’approche à mes yeux de la robe idéale: Elégante mais casual, sobre mais avec de jolis détails, pas trop longue mais portable, et enfin féminine sans être fatale.

J’ai commandé le patron encore toute émue de ce que je venais de découvrir. Il est arrivé un beau matin dans ma BAL depuis la Nouvelle Zélande: un magnifique packaging, des explications en anglais on ne peut plus claires qui vous font penser soudainement »Hey, I unterstand everything! My tailor is rich! »

Alors je me suis lancée à corps perdu dans ma sigma; ou plutôt MES sigma parce que j’en ai cousu trois en une semaine et que je ne suis pas encore rassasiée. Je vous montre ce soir en avant première the first lady one. Ses petites soeurs se dévoileront très prochainement je vous rassure.

I love you sigma…. and…. que la fête commence!!!! Champagne!!!!! Youhou!!!!! MERRY CHRISTMAS!!!!!!!!!

Sigma de Pappercut patterns en laine bleue marine, version robe à fronces et manches longues

Sigma de Papercut patterns en laine bleue marine, version robe à fronces et manches longues

les fronces de la taille

les fronces de la taille

IMG_2750 (1)

IMG_2767

IMG_2765

Là où il fut question d’intempéries

IMG_2350

Cet été, je savourais de manière très consciente la chance que j’avais d’avoir chaud. Le soleil avait pris ses quartiers d’été et nous permettait à tous de recharger un peu des batteries au bord de la désintégration, que dis-je de la pulvérisation.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais chaque année j’attends avec impatience l’arrivée des premiers beaux jours. Je deviens frénétique dès le début mars. J’ai l’impression de sortir d’un marathon intérieur et de faire alors les derniers kilomètres avant une renaissance printanière…

Et puis cette année… même si j’étais rassurée de voir que la fin du monde n’avait pas eu lieu finalement (ben ouais j’y ai un peu cru…), j’ai commencé à douter… Les choses du temps étaient-elles déréglées? Allions nous revoir les changements de saisons? Mais qui était responsable de tout ça bon sang ? Ouais, on peut dire que je suis passée par tous les états possibles:

  • l’espoir (oui oui oui, il va faire beau!),
  • l’impatience (bon alors, c’est quand qu’il va faire beau?),
  • l’incompréhension (mais qu’est-ce que c’est que ce b…del?),
  • la rage (ahhhhh nannnn y fait encore moche!!!),
  • la résignation (ben c’est comme ça c’est comme ça, qu’est-ce que tu veux qu’j’y fasse?),
  • la haine (je hais les gens de la météo, je hais les gens, je hais tout court, grrrrrr force obscure sors de ce corps, ahhhh)
  • le deuil (c’était beau avant la vie, mais maintenant c’est fini)
  • le renouveau (bon, il fait moche ok, mais y a quand même des choses sympas qu’on peut faire… genre attendre le printemps par exemple?)
  • le dédain (le quoi? le soleil? pfff…naze)
  • et puis… la surprise (non mais dis moi pas que c’est pas vrai? C’est quoi ce truc qui brille? non …?!?! WAHOU trop bien!!!! Happy happy!!)

Bref, tout ça pour vous dire que cet été, quand il a enfin fait chaud et beau, la fille avisée que je suis a décidé de se lancer dans des tricots parce que : »pas folle la guêpe 😉 ». J’ai fait le petit gilet à col croisé couleur camel dans un premier temps (vu ici). Et puis je me suis lancée dans un autre gilet, du même catalogue Phildar n°92. J’ai choisi la laine Miski de Katia, une laine ultra douce et chaude 100% baby lama. Vous la connaissez cette laine? Elle est juste magique; j’en suis amoureuse. J’ai doublé mon fils, notamment pour marier les deux couleurs « pierre » et « noire » et ai tricoté avec des aiguilles 6. Je m’imaginais quelques mois plus tard en train de ricaner bêtement devant les gens transits de froid et luttant contre le vent, un air limite condescendant qui aurait dit: et bien alors, on a froid ma ptite dame? 

Voilà, mon gilet est terminé depuis un moment. Bon, il est un peu trop chaud pour le moment….alors ….j’attends l’hiver maintenant…

IMG_2489

gilet bicolore noir et chiné en laine Miski de Katia, 100% baby Alpaga, modèle issu du catalogue Phildar N°92

IMG_2352

avec une petite ceinture pour marquer un peu la taille

IMG_2334

IMG_2491

Mon petit col Claudine

Je cherchais depuis un moment un modèle de petit chemisier à col Claudine tout simple. Le chemisier qui habille n’importe quel pantalon ou lainage. Le basique qui finit une tenue. Celui qui est capable de répondre à l’angoisse du matin quand on a 5min chrono pour trouver les vêtements du jour et que décidément « j’ai plus rien à me mettre ». Vous préparez votre tenue la veille vous?

Et en feuilletant mes livres de couture japonaise je suis tombée sur ce modèle, à manches courtes ou bouffantes, dont le petit col est à tomber par terre. Je n’avais pas envie des manches proposées alors je les ai rallongées et j’ai ajouté des poignets.
J’avais en stock depuis fort longtemps un coupon de batiste blanche de chez France Duval Stalla hyper doux et je le trouve parfait pour cette chemise.

Mon problème maintenant est de savoir dans quelle couleur je ferai le prochain parce que vraiment je l’aime beaucoup ce petit col…

Mon petit col Claudine

Mon petit col Claudine

IMG_2302

tout en rondeur

tout en rondeur

chemisier à col Claudine en batiste blanche FSD.

chemisier à col Claudine en batiste blanche FSD.

le dos

le dos

IMG_2283 (2)

Vêtements faciles en lin et coton de Kyoko Sakauchi

Vêtements faciles en lin et coton de Kyoko Sakauchi

les deux versions proposées

les deux versions proposées

Mélanie

Voilà, je vous retrouve avec joie ce soir pour vous parler de ma nouvelle robe, issue du livre « Un été couture » de la très talentueuse Géraldine Debeauvais alias République du chiffon.

Oui Géraldine, si tu lis ce post, je veux te dire que tes modèles sont magnifiques, chaque tenue a « la petite touche en plus » qui me fait dire « Ah ouais! c’est trop canon! » bref, je suis sûre que tout le monde se reconnait dans ces petites phrases ou onomatopées…
Donc, Géraldine, un grand bravo! Je suis une vraie fan. En plus mon patron était très clair, agréable à suivre et taille parfaitement.

Pour cette première, j’ai choisi de coudre la jolie robe Mélanie. Déjà parce que j’aime la sobriété de sa coupe et que je crois, enfin je sais, que j’ai un côté « sobre ». Ce qui m’a plût aussi c’est les manches, délicates, telles deux pétales qui épousent l’épaule féminine. Enfin, et surtout, pour la fermeture-éclair centrale, très originale et pratique qui fait un décolleté superbe.

Pour coudre cette robe j’ai choisi un joli tissu de chez Cousette.
J’ai pris une fermeture-éclair invisible et non pas séparable comme indiqué pour ce patron mais cela ne m’a posé quasiment aucun problème. J’aurais juste dû éviter de coudre sur les griffes de la FE parce que maintenant ça bloque un peu pour ouvrir ou fermer, mais rien de grave.

Voili voilà, je vous montre ma petite robe Mélanie.

A bientôt et bonne reprise!

Robe Mélanie de République du chiffon en tissu japonais de chez Cousette, collier Schlomit Ofir d'Un oiseau sur la branche

Robe Mélanie de République du chiffon en tissu japonais de chez Cousette, collier Schlomit Ofir d’Un oiseau sur la branche

des manches adorables

des manches adorables

manches

manches

une petite vue en pied

une petite vue en pied

le col et la discrète arrivée de la fermeture-éclair.

le col et la discrète arrivée de la fermeture-éclair.

sans la ceinture, avec les plis ouverts

sans la ceinture, avec les plis ouverts

p’tit écrin

Pour Claire qui a soufflé récemment une petite, minuscule, bougie de plus, j’ai cousu un nouvel étui mais cette fois-ci pour l’iPad mini.
J’ai utilisé un cuir de chèvre velours chocolat que j’ai matelassé avec de la ouate.

J’ai choisi d’y ajouter un petit passepoil doré, pour en faire un vrai « petit écrin à bijoux ». Je l’ai doublé à l’intérieur avec un joli lin crème.
(Passepoil et lin de doublure viennent de chez FDS; le cuir vient de Decocuir).

Au final je le trouve mimi, girly, et je trouve qu’il peut même s’improviser en pochette pour sortir.
J’aurais pu y ajouter une petite anse… mais il est chouette même sans ça non?…

l'étui pour iPad mini en cuir velours chèvre matelassé et passepoil doré.

l’étui pour iPad mini en cuir velours chèvre matelassé et passepoilé de doré.

IMG_2064

prêt pour sortir

prêt pour sortir

le détail de la fermeture et du pompon

le détail de la fermeture et du pompon

IMG_2082

Le « T-shirt de maman »

Difficile de trouver la réalisation du moment, avec cette saison qui ne se prête pas vraiment aux couleurs vives et aux motifs fleuris du printemps. Même si je rêve sur beaucoup de modèles éblouissants aperçus ici ou là sur la blogosphère, je suis rattrapée par la réalité de ce que je vais mettre au quotidien que ma sobriété intrinsèque limite tant dans les coloris que dans les coupes.

Etes-vous vous aussi confrontées à ce genre de dilemme? Entre « défis couture » et cohérence de ma garde-robe, mon coeur balance régulièrement…

Evidemment, tout ce que je fais n’est pas mettable, et quand bien même il est très difficile de se satisfaire objectivement de son travail.

Pour autant, j’aime particulièrement porter des vêtements que j’ai cousus, parce que je les trouve uniques, ajustés, imparfaits, mais aussi parce que je les trouve Justes et que j’imagine, peut-être à tort, que personne n’a été exploité ou mis en danger pour satisfaire cette coquetterie incurable… Quoique…. les champs de coton?…

Bref, j’ai fait ces jours derniers un petit top en jersey de coton bio bleu encre de chez France Duval Stalla. Un petit haut qui va avec tout, simple, confortable et casual. J’ai utilisé le patron Must-have de Marie, déjà cousu sur une version en liberty durant le printemps dernier. Ce jersey s’est révélé évidemment plus difficile à dompter, notamment pour faire l’ourlet du bas. J’ai rallongé un peu les manches et les ai finies avec un « roulottage » tout simple. J’ai également fini le col avec un passepoil noir métallisé.

Le voilà… J’vous avais bien dit qu’il était tout simple! En même temps c’était les vacances scolaires là. Enfin j’me comprends…

Et sinon, vous? Vous les portez vos petites merveilles?

un petit must-have, manches raglan, en jersey bio FDS

un petit must-have, manches raglan, en jersey bio FDS

le col passepoil avec un passepoil noir métallisé. Collier Schlomit Offir.

le col passepoil avec un passepoil noir métallisé. Collier Schlomit Offir.

les manches 3/4, rallongées et roulottées

les manches 3/4, rallongées et roulottées

PS: un merci tout spécial pour Pierre-Louis, 7 ans, qui m’a aidée à trouver le titre de cet article.

le sac de fille

Le sac de fille,… moi je dis, non ce n’est pas un accessoire, … c’est un CONCEPT.
Chaque fille a son sac, son style. Il peut être très grand ou tout petit, clinquant ou champêtre, griffé ou non, à poches, à bandoulière, fermé avec un cadenas ou totalement ouvert…..
Mais nous avons toutes un sac… enfin un… les plus audacieuses peuvent en avoir plusieurs qu’elles utilisent s’il le faut simultanément en fonction de leur tenue.

Mais ce qui me fait dire que c’est un concept c’est que nous avons presque toutes la manie d’y mettre toute notre vie voire même d’y assortir un kit de survie pour situations extrêmes.
Alors bon….moi, évidemment, je n’échappe pas à cette règle et je vois mes sacs successifs se remplir inlassablement de toute sorte de choses plus ou moins utiles et encombrantes. Certains matins je pourrais même avoir l’impression que je pars au travail avec ma maison sous le bras…Est-ce grave docteur?

Le petit dernier en date c’est toujours un spring it-bag (cf tuto) version grise à frange et très très fleurie à l’intérieur. Je me suis dis que c’était plus sympa d’ouvrir mon sac et d’être hypnotisée par une avalanche de fleurs.
Mais une fois fermé mon sac de fille reste sobre, dans un cuir de chèvre velours gris.
J’y ai rajouté un petit rabat frangé histoire de préserver ma vie privée.
Alors, et vous votre sac ? Il dit quoi ?

Spring It-bag # 3

Spring It-bag # 3

une avalanche de fleurs

une avalanche de fleurs

une attache aimantée

une attache aimantée

le détail de la mini-frange arrière

le détail de la mini-frange arrière

Rentrée studieuse… ou pas

Qui dit rentrée, dit redémarrage du café-couture! Youpi!

Et cette année Monsieur Café-couture se marie avec Madame Tricot-thé. Que de bons moments et échanges en perspective.

Alors le café-couture / tricot-thé c’est quoi cette année? Et ben c’est une dizaine de super nanas qui se réunissent environ trois fois par mois dans un lieu magique (un petit château) autour de leurs hobbys: la couture, le tricot, le café et le thé, les gâteaux, les fous-rires, les anecdotes à raconter et les envies à communiquer. C’est des moments de bonheur où nous prenons le temps de faire ensemble.

Lors de notre reprise j’ai démarré une pochette iPad, entre deux bavardages, parce qu’il faut bien se l’avouer nous étions très contentes de nous retrouver.J’ai choisi de coudre un petit matelassé en liberty (Betsy Ann gris) assorti avec un passepoil rose métallisé de chez France Duval Stalla. Cette pochette se ferme avec une fermeture à glissière rose. J’avais en effet repéré les superbes pochettes iPad de Little Fabrics et m’en suis inspirée.

Voici la pochette de la rentrée, un étui fleuri pour inspirer mes recherches frénétiques de tissu sur ma tablette.

IMG_1771

IMG_1755

IMG_1780

IMG_1765

Konnichiwa

Tout a commencé il y a quelques mois…

Un matin, alors que je faisais mes petites courses chez la mercière, je tombe par hasard sur des rouleaux de tissu aux motifs japonais, stockés dans un coin peu accessible de la boutique. Et là je dis: « oh my god, mais diantre que se passe t-il? Est-ce bien ce rarissime tissu japonais que je devine au fond de votre si belle échoppe? ».  Enfin j’ai plutôt dit « WAHOUOUOUOU, c’est du tissu japonais????????????? » avec des yeux exorbités.

Et là, Madame la marchande me répond: « Oui c’est du tissu traditionnel japonais que l’on utilise pour faire des kimonos ».

Alors, fidèle à mes impulsions j’ai dis « BANCO » et j’ai rajouté « vous m’en mettrez deux » (mètres) parce que j’ai un toc depuis toujours, j’achète tout par deux. Certes c’est pratique pour les chaussettes, mais cela s’arrête là.

Rentrée à la maison avec ce nouveau trésor, j’ai longtemps hésité à lui faire passer l’épreuve des ciseaux. J’ai passé et repassé en revue mes patrons, mes bouquins japonais (too much pour le coup)… et puis je me suis décidée pour le Melting-pot de Marie parce que ces motifs géométriques lui allaient bien et que ce modèle est sobre, bien coupé, top.
Je l’ai assorti avec un passepoil noir métallisé trouvé chez France Duval Stalla.

Et bien je suis pas déçue de l’avoir coupé mon coupon et encore moins de l’avoir cousu (une merveille). Il est si agréable à porter que j’en profite DEUX fois plus.

Sayônara 

Un Melting-pot en tissu japonais traditionnel, passepoilé de noir métallisé

Un Melting-pot en tissu japonais traditionnel, passepoilé de noir métallisé

Melting-pot avec trendy châle en laine et alpaga Boréal éléphant de Fonty

Melting-pot avec trendy châle en laine et alpaga Boréal éléphant de Fonty

Melting-pot avec ma petite veste noire

Melting-pot avec ma petite veste noire

Secrets de couturière

Ami lecteur, je te salue.
Je t’imagine ce soir, confortablement assis dans ton fauteuil après une longue journée de labeur, malmené par la chaleur, essayant de te détendre en écoutant une petite musique.

Oui, toi, lecteur, assis, certainement une tasse de thé à la main, tu regardes ce blog et tu penses tout d’un coup: « mais comment fait-elle pour faire tout ça? Un boulot, deux enfants, et toute cette couture!!! Cette fille là est tout simplement hors norme, prodigieuse, épatante…. »… et ce soir ami lecteur je te dirais « C’est pas faux… » mais ce serait vraiment pure vantardise de ma part.

Alors pour toi, lecteur assidu, afin de récompenser ta fidélité je vais te confier mes petits secrets de couturière… Mais attention, chut!!!!

1) Règle numéro une: la couturière ne doit JAMAIS publier des photos laissant apparaître l’intégralité de son visage. En effet, il ne s’agit pas ici de rechercher un anonymat à tout prix. Une couturière coud souvent tard le soir, lorsque les enfants sont couchés. Elle ne peut prendre le risque de publier ses oeuvres avec toutes ces affreuses cernes, cela plomberait l’effet voulu.

2) Règle numéro deux: la couturière préfère souvent se coudre une tenue pour le lendemain matin plutôt que de risquer de s’attaquer à sa pile de linge à repasser dans l’espoir de trouver un vêtement correct… c’est plus fun.

3) Règle numéro trois: la couturière sait optimiser toutes les occasions pour se procurer du tissu, quitte à accepter le déplacement pro de son Homme à l’UNIQUE condition qu’il lui rapporte un minimum de coupons: le nombre de coupons ramenés devra être exponentiel avec le nombre de miles parcourus.

Voilà, ami lecteur tu connais à présent mes précieux secrets et je peux te dévoiler ma cousette d’hier soir, portée ce jour au travail, en soie japonaise bleu canard encore « jet-laguée » de Singapour. La robe a été entièrement doublée (buste et jupe). Le patron utilisé est le merveilleux « Mirage » de Marie.

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

le buste entièrement doublé

le buste entièrement doublé

la vue en pied

la vue en pied

un tissu très lumineux

un tissu très lumineux

soie japonaise

soie japonaise

Chardon bleu

Mesdames, Mesdemoiselles, (Messieurs?), je dois ce soir vous relater les raisons de mon absence, si longue et mystérieuse…

A l’heure où certains font le tour du monde, découvrent de nouveaux paysages, retrouvent leurs êtres aimés (les fameux juilletistes), à l’heure où d’autres attendent une inespérée quille, fatigués, lessivés mais toujours motivés (lesdîts aoûtiens), je me suis attelée à réaliser la petite jupe chardon de « Deer and Doe » en chambray bleu jean. …

Un bonheur à réaliser, une véritable balade sur les collines de Toscane (métaphore ndlr)… mes mains dansaient sous le pied de biche, bercées par le ronron du moteur. Tout était là, parfait, et c’était sans parler du merveilleux temps estival qui enfin s’installait….

Je m’imaginais légère, courant sur la plage d’ici quelques semaines (je suis aoûtienne pour ma part), libérée et sereine, étrennant ma jupette pour rafraichir mes gambettes… enfin, une scène normale de vacances quoi!!!!

Et puis…. un drame arrive….sans crier gare, un matin, très tôt, un enfant qui appelle, une fois, deux fois, un oeil qui s’ouvre, difficilement, un pied qui se pose au sol, puis le second…. et puis le coin du lit, pointu, acéré, que j’imaginais ailleurs,….qui vient heurter le mollet et y apposer …. une magnifique empreinte, bleue chardon….

Car oui, le drame ce fut ça!!! Non pas que ce fût terriblement douloureux, j’ai connu pire (j’ai deux enfants je vous le rappelle…), mais cela voulait dire que désormais je ne pourrai plus exposer mes jambes, MA jambe bleue, sous les flashs afin de vous montrer ma jolie jupe.

J’ai donc pris mon mal en patience, attendre, et attendre encore que ce beau bleu s’estompe… et aujourd’hui: SURPRISE!!!!! Je vous dévoile enfin La chardon, en avant première, attention!!!! Eblouissement probable, sortez vos sunglasses!!!!!

Bon… moi je pars du principe que dans la vie la futilité est absolument indispensable… sorry about that….

jupe Chardon Deer and Doe, en chambray bleu jean de Cousette

jupe Chardon Deer and Doe, en chambray bleu jean de Cousette

avec mes petites sandales estivales, un vrai bonheur

avec mes petites sandales estivales, un vrai bonheur

le détail du passant

le détail du passant

dans mon petit atelier

dans mon petit atelier

dans les cuisines du coussin du singe : Spring It bag II, le tuto

Je vous propose aujourd’hui un tuto, mon tout premier sur le blog, pour réaliser le Spring It-bag de ce printemps. Cette version est plus petite mais vous pourrez ajuster les dimensions à vos envies. Mais tout d’abord, voici le produit fini, histoire de voir ce que l’on va réaliser…

une deuxième version du Spring it-bag, en peau de chèvre velour camel et tissu japonais

une deuxième version du Spring it-bag, en peau de chèvre velour camel et tissu japonais

Pour réaliser ce sac il vous faudra:

  • du cuir aux dimensions ci dessous,
  • du tissu décoratif aux mêmes dimensions,
  • de la colle à tissu,
  • un biais d’environ un mètre.
les côtés du sac, dont vous pouvez changer les dimensions à l'envie

les côtés du sac, dont vous pouvez changer les dimensions à l’envie

le fond du sac

le fond du sac

les anses, à plier en quatre

les anses, à plier en quatre

Pour commencer, choisissez un cuir en peau (chèvre velours ou autre) d’une épaisseur idéale d’1,2mm.

Coupez le cuir aux dimensions dessinées ci dessus (le trait vert). A titre indicatif il m’a fallu quatre peaux pour réaliser ce sac.

Coupez le tissu choisi pour l’intérieur aux dimensions du fond et des côtés.

IMG_0345

IMG_0347 b

Pulvérisez la colle à tissu sur l’envers de votre tissu et fixez le sur l’envers de votre cuir à l’aide de votre fer à repasser.

IMG_0351

IMG_0354b

Ensuite vous pouvez commencer à assembler les côtés du sac, bord à bord, puis ouvrir les coutures et repiquer à 3 mm de la couture centrale de chaque côté.

Vous obtenez ainsi une sorte de cylindre  (plus étroit en haut qu’en bas).

Réalisez un ourlet sur le haut du cylindre (le côté le plus étroit) pour faire une jolie bordure sur le tissu intérieur.

IMG_0371

Pliez chaque anse en quatre, comme un biais. Fixez ce pliage avec des pinces (par exemple des pinces à chemises) et piquez sur chaque bord à 2 mm.

le pliage des anses

le pliage des anses

IMG_0372

Fixez ensuite les anses sur l’intérieur du sac en veillant à ce qu’elle soient bien face à face et à égale distance des bords du sac.

Piquez les anses en réalisant un croisillon pour plus de solidité.

IMG_0370

Enfin, pour la partie la plus délicate, il vous reste à coudre le fond du sac et à recouvrir les coutures par un biais pour une finition propre.

Votre sac est terminé!!! Bravo et surtout faîtes moi partager vos belles réalisations et leurs variantes 🙂

 

Midinette power

Je retrouve en ce moment le plaisir de mettre mes petites gambettes à l’air et c’est dans cette énergie légère et libérée que j’ai eu envie de coudre cette nouvelle version de la Midinette, rallongée, et très très fleurie.

J’avais décidé de la porter hier, parce que c’était vendredi, le fameux « thank god it’s friday » (TGIF pour les initiés) et que je me réjouissais de voir le week-end arriver. Le vendredi, qui plus est, est la petite journée de la semaine que nous avons le rituel de couper dans mon équipe avec un pique-nique au parc pour déjeuner quand il fait beau, et hier il faisait méga beau et chaud, et j’ai fait bronzer mes gambettes avachie sur un paréo…

Et aujourd’hui je dirais: avec ma petite Midinette j’ai grave assuré au boulot, j’ai été une super hyper wonder working-girl et que sortie du bureau j’ai été une super hyper maman géniale et même une femme très fatale pour mon homme. Alors, la conclusion de tout ça c’est que la Midinette c’est top!

Bon en réalité hier il faisait beau…. c’est tout… le reste c’était pour vous faire rêver et parce que je pense qu’il est bon d’avoir des objectifs dans la vie (hum…)….

Voici la Midinette, en soie et viscose, entièrement doublée et rallongée de 5 cm :

les mains dans les poches

les mains dans les poches

IMG_0192

IMG_0195

IMG_0205

Yes I can

Une grande étape pour moi: je viens de coudre ma première chemise Mythique (de Marie). J’avais le patron depuis un moment mais je n’osais même pas le regarder, la honte. Et puis je me suis dit, allez allez Alice, ça suffit maintenant, il faut y aller! Assez procrastiné! (oui procrastiné du verbe procrastiner, remettre tout au lendemain. C’est pas mal d’écrire ça non?).

Alors? Alors?

Alors, ce fut long,  ce fut laborieux, ce fut difficile parfois notamment pour raccorder le f….* col aux épaules mais aujourd’hui je peux le dire: I DID IT, hhhhaaaaaaaaa……. (prononcer le A en soupirant grassement et en s’appuyant sur son dossier de chaise avec un air de marathonien qui vient de finir sa course de xxx km, il est possible de mettre son bras derrière son dossier pour que la pose soit vraiment authentique et même de boire un petit verre pour la peine, rrrrrooooo…).

Mais le plus important à retenir de ce petit défi personnel c’est que ce fut pour moi un « kiffe » (ça se dit encore ça?)  monumental de la coudre et de suivre pas à pas les étapes de cet ouvrage.

Pour cette première version j’ai choisi un liberty Wiltshire bleu car je trouve que ce tissu s’accorde bien avec un jean, voire un pantalon plus sobre. Et quoi de plus beau sur une chemise qu’un aussi beau coton, presque soyeux et si lumineux.

J’ai également rajouté un passepoil bleu marine aux épaules pour structurer un peu plus ma chemise.

Bon j’arrête le suspense ici parce que j’ai vraiment envie de vous la montrer en fait:

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

tout est dit je crois

tout est dit je crois

le col, qui m'a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

le col, qui m’a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

impeccable avec ma veste en jean

impeccable avec ma veste en jean

Nelly danse

Un nouveau projet, et un petit souvenir nostalgique de mes années collège:

Nelly c’était mon acolyte, ma super cops, ma confidente sur à peu près tout; nous avions 14 ans à peine.

Et Nelly avait une méga-super-hyper-géniale voiture: une méhari orange pétant entièrement décapotable, dans laquelle son papa nous trimballait inlassablement un peu partout. Le vent au roulage nous décoiffait mais on aimait ça.

Vous comprendrez donc que quand j’ai décidé de réaliser le patron « Aime comme Méhari » de Marie j’ai eu une pensée pour Nelly, dont j’ai malheureusement perdu la trace pendant les années lycée mais qui en a laissé une indélébile dans mes heureux souvenirs de jeunesse.
Donc, j’ai décidé d’appeler cette première réalisation « Nelly danse », en allusion au tissu Liberty danse moka et aux premières boum.
Cette première Méhari a été réalisée sans problème, hormis pour coudre le col au chemisier… ce fut un véritable casse-tête car j’ai dû me tromper de taille en le coupant et du coup j’ai dû en recouper un plus grand après plusieurs vaines tentatives.
J’ai également rallongé les manches jusqu’aux poignets.
Enfin j’ai choisi de coudre des boutons en nacre dénichés chez Emmaüs.

Nelly… ben… gros bisous quoi!
Voici les photos:

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

le col, doublé en lin beige de FDS

le col, doublé en lin beige de FDS

l'intérieur de la manche

l’intérieur de la manche

hyper confortable!

hyper confortable!

la couture des épaules

la couture des épaules

Mûre et Sureau

Hello hello!!! De retour sur le coussin après des petites vacances familiales dans le sud.
Pendant ces super vacances j’ai cousu en famille: une robe Sureau de Deer and Doe en lin « mûre », que je suis, malgré tout il faut l’avouer, contente de mettre avec une grosse laine…. La couture créée des échanges, un partage entre ami(e)s, dans les familles, des moments uniques et précieux où nous touchons du doigt le plaisir de faire ensemble.

Alors la robe Sureau? ça donne quoi?
Mon coupon de lin avait été acheté il y a quelques semaines au Marché Saint Pierre, véritable lieu de perdition.
Côté patron, je dois avouer que j’ai dû refaire plusieurs fois la partie corsage, jusqu’à ce que je comprenne que les boutons sont uniquement figuratifs et que ledit corsage n’a pas vocation à s’ouvrir. D’autre part j’ai dû reprendre toutes les coutures du corsage pour réajuster la taille. A l’avenir je prendrai le patron une taille en dessous je pense.
J’ai utilisé la surjeteuse pour toutes les coutures: tout est cousu proprement à l’intérieur, mon lin ne s’effiloche pas du tout, c’est magnifique.
Malgré mes déboires du début ce patron est très agréable à coudre. Je suis ravie du résultat et j’ai hâte de faire d’autres Sureau, avec des variantes « sans manches » ou « tunique ».
Le choix des boutons n’a pas été simple: je les ai choisis les plus discrets possibles. Cela me permet d’agrémenter cette robe avec une ceinture contrastante.
On dirait bien qu’ici aussi il faut mettre un trois étoiles (sur trois toujours!)

IMG_4213

Robe sureau en lin du marché Saint Pierre

petits boutons biseautés en résine noire

petits boutons biseautés en résine noire

Test de la Surjeteuse

J’avais mis de côté ce petit chemisier en voile de coton, indécise sur la méthode à utiliser pour coudre ce tissu transparent sans faire de gros ourlets trop visibles. Et puis la surjeteuse est arrivée et avec elle de nouvelles perspectives de couture.
Après ce premier essai je suis vraiment convaincue par l’utilité d’une surjeteuse: la couture est très propre, solide en dépit de la finesse du tissu et j’ai pu faire un ourlet hyper fin et très peu visible.
Conclusion de ce test conso: trois étoiles! (sur trois)

IMG_3942

IMG_3938

IMG_3945

IMG_3939

20130509-105011.jpg

Alice’s pocket

Voici une énième édition de la pochette en cuir et liberty fermée par une attache cartable. J’ai choisi cette fois ci un cuir bronze et du Liberty Poppy and Daisy bleu. Toujours aussi pratique pour ranger mes petits papiers, mes cartes, voire même mon téléphone… Je prépare un tuto pour cette pochette.

Les images:

IMG_3962

IMG_3960

IMG_3961

IMG_3951

IMG_4032

Emilia’s springtime

Well well well, finalement on dirait bien que les fleurs commencent à sortir leur petite frimousse???

Pour fêter cela j’ai décidé de coudre une Mina printanière (Aime comme Marie), petite veste en lin épais kaki entièrement doublé d’un liberty Emilia’s flower vert. Bon, à nouveau l’étape de la couture « doublure à tissu » a dû être entièrement décousue et recousue parce que, comme pour la première veste, j’avais mis les manches du mauvais côté (l’expérience ne joue pas toujours). Mais ce patron, une fois terminé m’arrache toujours un « AHHHH » de satisfaction au moment de retourner ensembles les deux vestes: c’est un peu magique la doublure sur un vêtement parce que jusqu’à la toute dernière étape, on ne voit vraiment pas où on va.

Voici quelques photos pour vous:

une petite veste, sans col tailleur, légère et confortable

une petite veste, sans col tailleur, légère et confortable

IMG_1206a

Manches 3/4

IMG_1215a

le détail de la doublure sur la manche retroussée

le détail de la doublure sur la manche retroussée

IMG_1254a

un dos impeccable

un dos impeccable

sur une petite laine

sur une petite laine

THE doublure, ah ouais!!!!!

THE doublure, ah ouais!!!!!

Girly anytime

Même si je n’en porte pas souvent, pour des raisons surtout pratiques d’ailleurs, j’avais envie de me coudre une petite jupe, …comment dire… une petite jupe qui accepte de s’assortir avec un peu tout. Challenge donc car je porte souvent un peu tout et très souvent n’importe quoi…

Bref, une jupe assez classique, juste au dessus du genou pour que je lâche un peu mon côté fifille sage, et pourvue de poches pour pouvoir y mettre un mouchoir fleuri parfumé que je laisse tomber délicatement à terre pour faire la mystérieuse (comme dans les films vous voyez?). Mais je m’égare…

C’est donc armée de grands doutes sur mes capacités, notamment au regard de la présence d’une fermeture éclair, que je me suis attelée à réaliser le patron Midinette de Marie (encore elle???!!!!!!!hihihihihihihihihihiihihihiihiihihihihihiihihihihih!!!!!!!!! ndlr cris de la groupie de la styliste). Au final, aucune difficultés particulières si ce n’est que mon coupon de lin a été préalablement lavé avec une lessive de blanc qui est ressortie grisâtre…. DAMNED!

Voici les photos, beaucoup de personnes qui me connaissent diront surement « c’est Alice sur la photo? T’es sûr? » mais je l’assume, honte à moi qui ne met jamais de jupe… aujourd’hui est un nouveau départ!

Avec un chemisier en satin: « chéri, on sort ce soir? »

IMG_3875

le détail de la poche et de son pli

le détail de la poche et de son pli

le détail de la poche en position assise: impeccable

le détail de la poche en position assise: impeccable

en version working girl, manches retroussées parce que Trop de taff quoi!!!!

en version working girl, manches retroussées parce que Trop de taff quoi!!!!

C'est qui le boss ici!

C’est qui le boss ici!

Anti-mémérisation du tricot: leçon n°2

Vous vous souvenez j’espère de mes judicieux conseils sur l’anti-mémérisation du tricot n°1 (interrrrrrrrrogation surprrrise, sortez une feuille blanche ).

Je vous livre ici la leçon numéro deux: une info inédite pour beaucoup de mes followers (ben quoi on peut rêver non?): j’ai pris mon premier cours particulier de tricot hier et je suis encore toute regonflée et bananée ( dans le sens où j’affiche une banane aigüe entre mes deux oreilles depuis hier soir).

Un cours particulier avec une prof super mimi et branchée, dont je vous parlerai une autre fois si elle est ok. Je vous dirai juste qu’elle s’appelle Nathalie, qu’elle reçoit dans son super atelier et qu’elle a des qualités pédagogiques et sympathiques indiscutables.

Ajoutez à cela « un petit café? », un peu de musique jazzy, et c’est tout simplement PARFAIT. Voilà vraiment ma conception de l’anti-mémérisation du tricot: un mélange de bien-être, de partage et d’ouverture. Oui, tricoter, c’est se faire du bien 🙂

J’ai fait mon premier échantillon de jersey jacquard hier et je suis repartie heureuse avec des devoirs à faire pour la prochaine séance. Merci Nathalie!

dans mon cartable il y a...

dans mon cartable il y a…

le tout premier échantillon, il est mimi non?

le tout premier échantillon, il est mimi non?

mes devoirs pour la rentrée... ha ha..! Facile, les doigts dans le nez!

mes devoirs pour la rentrée… ha ha..! Facile, les doigts dans le nez!

tu es sûre que tu en as besoin chérie?

Il y a bien longtemps, mon petit mari et moi avons décidé d’aller dans un grand magasin de meubles suédois, un dimanche avec les enfants, un dimanche où il pleuvait même, et d’ailleurs pour la terre entière il n’y avait rien d’autre à faire que d’aller dans ce magasin de meubles…avec les enfants.

Bref, je vous laisse imaginer le contexte, croisement de poussettes et de charriots difficiles, disputes de couples à tous les rayons, enfants en hyperthermie pleurant et coulant du nez, vendeurs débordés, yeux exorbités….cheveux décoiffés… bref, une ambiance ordinaire là bas à ce qu’il paraît.

Et là, dans cette cohue bohue je tombe sur quelques rouleaux de tissus, un rayon mercerie, inattendu, inespéré… un signe du ciel pour me dire:  « si si, tu avais raison de traîner toute ta famille dans cet univers hostile, il y a là LE tissu que tu venais chercher sans le savoir… ». J’ai commencé à faire couper un petit coupon, inspirée, et là mon homme, d’une patience et douceur sans limites, me dit gentiment : « tu es sûre que tu en as besoin chérie? »   …..??????……???? ôô ?????? Moi??????….. ôô…..??????? Mais c’est évident!!!!!!! J’en ai plus que besoin de ce tissu, pour quoi je ne sais pas, mais j’arrête de respirer si je ne repars pas avec!

Après quelques mois de stockage dans le placard à tissus, je vous laisse découvrir ce que j’en ai fait: Cette cotonnade épaisse est aujourd’hui transformée en pantalon, le confortable et bien coupé « Marche à suivre » de Aime comme Marie. Je l’ai un peu rétréci sur les côtés pour le faire tomber plus près du corps. Pour le prochain je tenterai une fermeture à glissière peut-être.

Bon…ok… j’avoue que ce pantalon je le porte avec une certaine culpabilité quand je sais tout ce que j’ai fait endurer à mes amours pour le tissu….

Ouais je suis addict à Marie (pas officiellement encore) et alors?

un tissu magnifique

un tissu magnifique

elles sont parfaites ces poches!

le détail du passepoil que j’ai rajouté sur les poches

not so bad...

not so bad…

avec un t-shirt indigo

avec un t-shirt indigo

un petit lien élastiqué pour serrer à la taille, so cute

un petit lien élastiqué pour serrer à la taille, so cute

Tout le monde en parle

du temps de ce début de printemps 2013… Bon…. j’ai l’impression de tourner en boucle autour de ce thème, je radote, d’ailleurs mes posts deviennent limites boring… sorry about that. En même temps c’est pas vraiment de ma faute, einh?

…… Alors moi je dis : LES FRANCAIS EN ONT MARRE!!!! Ils veulent qu’on s’intéresse à leur véritables préoccupations: Moi mon quotidien c’est le manque de printemps ok? Et d’ailleurs j’aimerais bien savoir qui est le responsable de cette catastrophe quotidienne qui s’opère dans le plus grand silence. On nous ment, on nous spolie notre printemps. Et ça? C’est normal peut-être? Ah bien sûr, personne ne se risque à aborder le problème qui est pourtant à l’heure actuelle le problème numéro UN des FRANCAIS. Certes, la part belle est faîte à la crise, à la fin du monde, et même bientôt à la grippe aviaire et autres petites réjouissances… mais, moi je dirais « oui bon d’accord, on commence à la connaître cette rengaine, mais c’est l’arbre qui cache la forêt: le vrai BIG PROBLEM TODAY c’est que je peux pas mettre de petites robes légères, de tee-shirts, de sandales et que j’ai même pas utilisé mes lunettes de soleil, pas sorti le Spring it-bag; le vrai séisme dans ma vie c’est que je dois encore mettre de la poudre « bonne mine » le matin en plus de l’anti-cerne, WHY WHY????????? »

Une veste en laine (entièrement doublée s’il vous plaît avec du lin), voilà ce qu’il me fallait pour tenir encore un peu pendant cette saison capricieuse où la fraîcheur est de mise. Réalisée avec le patron Mina de Aime comme Marie, ça m’a un peu réconfortée….merci encore Marie, t’es trop cool comme fille. Je me suis permise de la fermer avec deux petits boutons en bois pour résister au blizzard.

totalement entièrement et complètement doublée de partout

manche retroussée parce quand même, on est en avril einh?

manche retroussée parce que quand même, on est en avril einh?

ma griffe personnelle à moi

ma griffe personnelle à moi

de dos, c’est parfait merci

bras croisé... ouais ok...

bras croisé… ouais ok…

fermée avec THE accessoire… ouais top

veste ouverte.... ouais aussi

et veste ouverte…. ouais aussi

You Must have your « Must have »

Ahhhhhh, pfffffffff, moi je dis « Marie, tes patrons sont juste Parfaits pour moi ». Je continue, quelle surprise, dans mes petites confections et j’ai essayé cette fois-ci le « Must-have » de Marie. Sans surprise encore, le résultat est là…une habitude. La question est de savoir si le challenge en est vraiment un avec de si clairs, de si précis et de si beaux patrons? Non vraiment, j’assume totalement ce que je dis, tout est si bien dessiné, expliqué, pensé que je n’ai aucun mérite après ça: avec Marie finie « l’obligation de moyens » on est carrément dans une « obligation de résultat »… en bref t’as pas le droit de te planter parce que là vraiment… comment ils disent les jeunes déjà? « c’est la TEHON? » (pardonnez moi ce langage si familier, j’essaie de rester dans le coup mais c’est dur).

Incontournable le Must-have de Marie est indiqué avec un « temps de réalisation 1h30″…et c’est vrai, il m’aura fallu une heure et demie pour le terminer. Mais je suis CONTENTE CONTENTE CONTENTE, parce que ce petit corsage il me plaît et je vais le mettre demain pour aller au boulot et crâner devant le cops en disant « C’EST MOI QUI L’AI FAAAAIIIIIIIITTT » (avec le pouce pointé sous le menton et tout et tout 🙂 Nananèreu. Alors on dit quoi? On dit « MERCI MARIE!!!!!!! »

tissu liberty glenjade bleu marine et écru

tissu liberty glenjade bleu marine et écru

 

avec mon cardigan? ça le fait aussi

avec mon cardigan? ça le fait aussi

le détail de la manche où j'ai rajouté une petite fronce

le détail de la manche où j’ai rajouté une petite fronce

 

le passepoil ton sur ton  rattaché aux manches

le passepoil ton sur ton rattaché aux manches