Mister lova lova

Brrrr… Hier il faisait un froid d’hiver. Je précise bien d’hiver parce que ça n’a pas toujours été le cas ces derniers temps et je commençais à ronger un peu mon frein question manteau et écharpe. C’est donc avec une certaine satisfaction que je vous parle aujourd’hui de mon Raymond, alias « mister lova lova » de cet hiver!

Alors alors ce Raymond… C’est qui ce beau gosse?

Raymond c’est le manteau d’hiver créé par République du Chiffon pour sa dernière collection AH2015. C’est un manteau doublé, relativement ample et aux manches raglan. Il se ferme par un col ouvert et quelques boutons. J’aime ses surpiqûres, très esthétiques, et ses grandes poches hyper pratiques.

Raymond aime toutes mes tenues; mes pantalons droits, mes jeans… mes robes, mes jupes. Son style est assez unique et s’adapte à de nombreuses tenues. Si je devais parler de degré de portabilité je le placerais en pôle position, c’est vous dire!

Question réalisation Raymond est génial! Seul le montage du col demande un peu plus d’attention mais si vous avez déjà monté un col tailleur vous trouverez celui-ci plus facile. Pour le reste, tout est vraiment très fluide. J’ai beaucoup aimé cet ouvrage. République du Chiffon recommande de prendre une taille inférieure si l’effet souhaité est un peu moins ample: J’ai donc fait Raymond en 38 (pour un 40 habituel) avec des marges de 1cm au lieu de 1,5 cm, ce qui lui a donné une ampleur idéale pour moi. J’ai pris un beau lainage laine/mohair trouvé sur le marché d’Antony. Il est chaud, doux et a une belle densité. Sa doublure intérieure est une pluie de confettis; vous reconnaissez peut-être un des premiers tissus créé par Aime comme Marie ?

Voilà! Maintenant il peut souffler, il peut neiger, je suis prête!!! 🙂

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

 

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Raymond en laine et Mohair de République du Chiffon- le coussin du singe

Publicités

Mistral poudré

Coup de coeur il y a quelques semaines pour le nouveau patron de Marie, le léger et estival Mistral. Vous savez, le genre de patron où on ne peut plus réfléchir, on clique et c’est tout, en pensant intérieurement « j’en ai BESOIN tout de suite »…

Mais contrairement à la rapidité de mon achat j’ai longtemps hésité sur le tissu que je souhaitais utiliser pour le coudre… Pour ce genre de modèle, mon tissu devait avoir une certaine fluidité mais rester très léger…

Finalement, c’est grâce aux conseils avisés de mon grand loulou, qui du haut de ses 7 ans montre un intêret précieux pour les étoffes, que j’ai finalement trouvé une jolie association pour ce modèle. Le choix s’est donc arrêté sur un coupon de coton Nani Iro- Dots rose poudré que j’avais trouvé chez Cousette il y a quelques temps:  une gaze de coton doublée tissée de manière très légère et extrêmement douce. Sur ce rose poudré les pois sont de couleurs variées, certains sont légèrement irisés. Ce côté aérien m’est apparu comme le prolongement de ce modèle et je m’imaginais déjà cet été, bercée par les embruns marins aux parfums légèrement iodés… C’est que, je compte les jours jusqu’à la quille, qui enfin se profile!

IMG_4468

 

Pour cette robe, je dois dire que j’ai été extrêmement bien inspirée de laver mon tissu avant de le couper: il a fortement rétréci et je réalise a postériori que je n’aurais pas pu porter cette robe une fois lavée si j’avais zappé cette étape. Je conseille donc à toutes celles qui optent pour cette si belle matière de bien laver leur coupon au préalable.

Mistral est, comme tous les patrons de Marie, une pure merveille. Réalisé en deux heures environ, il me donne déjà envie de craquer sur une deuxième version, dans un coloris peut-être plus sombre.

Pour celle-ci je suis juste un peu déçue par la légère transparence du tissu sur la parementure; j’aurais pu doubler entièrement le buste ou faire comme La Poule qui a remplacé les parementures par un biais… La question ne se serait pas posée avec un tissu non transparent.

Enfin voilà, dans ma valise des vacances d’été, il y aura c’est sûr cette petite robe légère, douce et aérienne, parce que je compte la porter et la reporter encore 🙂

Belle soirée à tous et toutes,

 

IMG_4419

 

IMG_4468

IMG_4447

IMG_4457

IMG_4463

IMG_4461

 

IMG_4469

J’ai fait ma Maligne

 

Aime comme Maligne en viscose à motifs

Aime comme Maligne en viscose à motifs

 

J’ai fait ma petite Maligne, à l’approche des beaux jours et des futurs « grandes » vacances que je commence à attendre avec impatience… Et oui, je suis comme ça, incorrigible: deux rayons de soleils, des températures douces, et je pars dans mes rêveries vacancières. Je vois des sourires d’enfants, des chapeaux de paille, quelques ploufs désaltérants, des balades et des rigolades, des grillades et même une citronnade! Pour moi les vacances, les « grandes » vacances, c’est tout ça. Hummmmm….. 🙂

Mais en attendant, il faut encore travailler… Bouh!!!

Alors moi je dis: Afin de tenir sur cette dernière ligne droite une mise en situation et une préparation psychologique sont nécessaires. Désormais, et jusqu’à la mi-juillet pour chaque article de ce blog je vous proposerai une petite tenue que je glisserai dans ma valise pour mes « grandes » vacances à moi. Attention, le compte à rebours commence!

Dans ma valise  cette année, il y aura donc ma nouvelle Aime comme Maligne: un patron de Marie, très agréable à découvrir, que j’ai choisi de réaliser dans une viscose très lumineuse de chez Anna Ka Bazaar. En effet, étant donné l’ampleur de ce modèle j’ai pensé qu’un tissu fluide lui donnerait un joli mouvement. Et c’est vrai, ce tissu lui va très bien. Je l’ai tout de même un peu raccourcie sur les côtés de 4cm environ… je n’ai pas l’habitude des vêtements amples pour ne rien vous cacher. Malgré cette petite modification, je sais que je porterai ce petit corsage rentré dans mon pantalon ou dans une jupe. Je ne le trouve pas très seyant sorti sur la ceinture du pantalon (question de morphologie sûrement).

Voilà, quelques photos pour vous avant de la ranger in the suit-case 😉

Je vous invite à aller voir d’autres très jolies versions notamment celles de PapivoleMarisa et Clo que je trouve fabuleuses!

Aime comme Maligne en viscose

Aime comme Maligne en viscose

 

IMG_3938

 

IMG_3951

 

IMG_3945

Et en attendant la quille, passez une très belle semaine…

Ma Mythique revisitée en chambray

 

 

IMG_4080

 

De retour d’un magnifique mariage je prends enfin quelques minutes pour vous montrer ce qui me fait vibrer en ce moment: j’ai nommé la Chemise.

Oui, la chemise, ce vêtement si essentiel de notre garde-robe que j’aime porter souvent dans des variantes très diverses. Je ne vous ai pas encore assez parlé de mon amour des chemises…

La chemise pour moi c’est la possibilité d’être à la fois habillée, de passer absolument partout, de pouvoir jouer avec ses boutons et ses manches au fil de la journée pour m’octroyer un air faussement décontracté si je le souhaite ou au contraire très contrôlé. La chemise c’est aussi l’amour des belles matières sublimées: la soie, la batiste, le coton, le lin, la viscose, ou comme ici le chambray. C’est enfin le souci du détail, celui des boutons, des pattes de boutonnage, et celui du col. J’ai un amour inconditionnel pour les cols, c’est comme ça j’y peux rien.

Bref, la chemise est un de mes essentiels de garde-robe mais jusqu’à récemment je me lançais difficilement dans des réalisations de chemises car cela me paraissait fastidieux, risqué et un peu pénible à coudre. Faire un joli col, des boutonnières, monter les pattes de boutonnages… autant d’étapes qui me stressaient sachant par avance le travail approximatif que j’allais fournir.

Et puis en avril dernier j’ai participé à un deuxième atelier couture République du Chiffon chez Anna Ka Bazaar. Afin de m’améliorer sur ces points de blocage j’ai choisi le chemisier Berthe. Un moment extra bien sûr où j’ai appris à monter un col impeccable et à faire de jolies boutonnières. Je suis repartie avec la sensation d’avoir un boulevard qui s’ouvrait devant moi pour faire de jolis chemisiers. Géraldine m’a bien sûr montré le montage du col; mais surtout elle m’a montré un tas de petits trucs techniques qui apportent beaucoup de précision et dont je me sers à chaque fois que je couds. Bon, j’ai choisi de ne pas vous montrer Berthe, parce que, honnêtement je l’ai faite trop petite et ce n’est pas très joli sur moi. Mais aujourd’hui je vous montre une chemise Mythique de Aime comme Marie revisitée, en chambray noir trouvé chez ma petite Mercerie et avec un col Claudine déjà utilisé ici.

C’est simple, je suis dingue de ce petit col Claudine que je trouve hyper féminin, de ce tissu très doux et agréable, de la coupe presque androgyne de cette chemise…le mariage de tendances, je vous le disais récemment, c’est ce que j’aime le plus! Un petit bémol cependant: une petite touche de couleur est nécessaire au risque de faire très terne! Donc ongles rouges INDISPENSABLES!!! Et rouge à lèvres pour les brunettes comme moi aussi …ben oui, parce que l’Espagne et les Antilles, pour ne citer que ça, ça donne rarement des blondinettes 😉 !

En vous montrant les photos de ma première chemise en chambray, je vous souhaite une merveilleuse fin de journée!

 

Mythique revisitée en chambray

 

IMG_4105 (1)

 

IMG_4079 (1)

 

IMG_4098

 

Mythique revisitée en chambray noir

 

IMG_4071

Mythique revisitée en Chambray noir

Black and white vest

J’aime j’aime j’aime les motifs géométriques ces derniers temps. Et je suis ravie parce qu’avec les tendances mode du moment j’en vois partout, sur les pantalons, les t-shirts, les chemises, et, mon gros coup de coeur, sur les vestes.

J’avais en réserve un petit coupon de lainage tissé assez épais, magnifique mais malheureusement trop petit pour en faire une pièce importante. Mais l’arrivée de ce redoux m’a donné envie de l’utiliser pour en faire un gilet de mi saison.

Je me suis alors penchée sur les patrons que j’avais en réserve et le Melting pot de Marie m’a à nouveau fait de l’oeil. Et oui, je l’avais déjà utilisé pour une tunique courte en tissu traditionnel japonais très géométrique ici et je trouve que décidément il s’associe très bien avec des tissus de ce type à mes yeux.

Cette fois ci j’ai utilisé la taille au dessus, d’autant plus que mon lainage n’est pas extensible. J’ai choisi de lui donner une forme asymétrique en accolant la bande du milieu à un côté. J’ai allongé les manches et j’ai également réduit légèrement le bas des devants et du dos pour que la forme ne soit pas trop évasée. Enfin, j’ai fermé ce gilet avec des petites agrafes  très discrètes qui ne surchargent pas mon vêtement s’il est ouvert.

J’aime cette coupe légèrement plus haute à l’avant, assez ajustée et ce côté un peu décalé de l’ouverture. Bon, allez, je vous le montre. Ahhhhhh, ce que j’aime le printemps 🙂 (enfin presque, plus qu’une semaine).

IMG_3415

IMG_3417

IMG_3429

IMG_3431

IMG_3444

Mon petit bazar « chic »

J’avais trouvé ce tout nouveau patron de Aime comme Marie lors de ma virée débridée au Salon Création et Savoirs-faire Marie-Claire de novembre 2013. D’abord emballée par ce modèle que je trouvais original et actuel, je me suis longuement demandée quel tissu choisir pour ne pas l’alourdir, ni même coudre une version trop rigide et qui ne la mettrait pas en valeur. Pour ce modèle, j’imaginais un tissu très fluide, lumineux, et une unité totale entre le haut et le bas.

« Mon petit bazar » est une robe aux formes inhabituelles: La ceinture, basse et resserrée, vient cintrer ce modèle ample et court. On devine presque un petit air des robes des années 20, mais dans une version nouvelle pourvue de manches raglan longues et froncées.

Et puis lors d’une virée au Marché Saint-Pierre, je suis tombée sur un beau coupon de soie couleur « lie de vin », suffisamment épaisse pour ne pas être doublée, et avec une brillance modérée…Et je ne vous surprendrai pas en vous avouant que j’ai immédiatement pensé à « Mon petit bazar » version « bazar chic ».

Sans surprise non plus je vous dirais que ce patron est très très clair: les explications sont purement limpides et je n’ai rencontré aucune anicroche jusqu’à la couture du dernier bouton. Bref, le bonheur…( même si je déteste faire les boutonnières). En tous cas je suis ravie du choix de ce tissu pour cette robe et j’ai déjà une idée pour la prochaine… ha ha… 🙂

Belle soirée à tous et toutes!

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie "lie de vin"

Mon petit bazar de Aime comme Marie en soie « lie de vin »

IMG_2880

la ceinture, robe "Mon petit bazar" de Aime comme Marie

la ceinture, robe « Mon petit bazar » de Aime comme Marie

la fermeture boutonnée du dos

la fermeture boutonnée du dos

IMG_2892

IMG_2897

Manufacture

J’adore les vestes. Les  vestes habillées, les vestes décontractées, les structurées, et même certaines bariolées. J’adore porter une veste; mais je n’adore pas en prendre une… Enfin, ça c’est une autre histoire qui n’a aucun rapport avec le sujet du jour.

C’est avec la veste Minna de Aime comme marie que je me suis exercée à la technique de doublure intérieure de mes vestes. J’ai vraiment été bluffée par la finition que cela donne au vêtement. Je trouve que cela donne évidemment un aspect esthétique plus abouti, mais en outre cela ajoute de la tenue au tissu de la veste, une meilleure structure une fois portée…Ces petites vestes doublées, vous avez pu les voir chez moi ici, ou encore .

J’aime donc doubler mes vestes désormais et la dernière en date est la Manufacture de Aime comme Marie. Bon… c’est un patron de corsage me direz-vous…?
Oui… c’est pas faux. En réalité, lorsque j’ai vu ce patron je l’ai tout de suite imaginé en veste, avec une énième déclinaison du col perfecto tellement tendance cette saison.

Pour ajouter au côté « rock » de ce modèle j’ai pris un lainage lurex noir et j’ai cousu les deux vestes tissu et doublure avec un passepoil en velours noir métallisé (passepoil La belle et la bête de chez Entrée des Fournisseurs). Le tissu vient de chez Dreyfus. La doublure manches/dos est en molleton noir et rend cette veste chaude…hummmmmm :-).
Ce patron est très clair agréable, comme c’est toujours le cas avec les patrons de marie.

avec mon petit foulard en soie

avec mon petit foulard en soie

Manufacture de Aime comme Marie en lainage noir et lurex, entièrement doublée et passepoilée.

Manufacture de Aime comme Marie en lainage noir et lurex, entièrement doublée et passepoilée.

le col, passepoilé

le col, passepoilé

la manche retroussée et doublée

la manche retroussée et doublée

la veste ouverte... bof en fait

la veste ouverte… bof en fait

IMG_2448

Le « T-shirt de maman »

Difficile de trouver la réalisation du moment, avec cette saison qui ne se prête pas vraiment aux couleurs vives et aux motifs fleuris du printemps. Même si je rêve sur beaucoup de modèles éblouissants aperçus ici ou là sur la blogosphère, je suis rattrapée par la réalité de ce que je vais mettre au quotidien que ma sobriété intrinsèque limite tant dans les coloris que dans les coupes.

Etes-vous vous aussi confrontées à ce genre de dilemme? Entre « défis couture » et cohérence de ma garde-robe, mon coeur balance régulièrement…

Evidemment, tout ce que je fais n’est pas mettable, et quand bien même il est très difficile de se satisfaire objectivement de son travail.

Pour autant, j’aime particulièrement porter des vêtements que j’ai cousus, parce que je les trouve uniques, ajustés, imparfaits, mais aussi parce que je les trouve Justes et que j’imagine, peut-être à tort, que personne n’a été exploité ou mis en danger pour satisfaire cette coquetterie incurable… Quoique…. les champs de coton?…

Bref, j’ai fait ces jours derniers un petit top en jersey de coton bio bleu encre de chez France Duval Stalla. Un petit haut qui va avec tout, simple, confortable et casual. J’ai utilisé le patron Must-have de Marie, déjà cousu sur une version en liberty durant le printemps dernier. Ce jersey s’est révélé évidemment plus difficile à dompter, notamment pour faire l’ourlet du bas. J’ai rallongé un peu les manches et les ai finies avec un « roulottage » tout simple. J’ai également fini le col avec un passepoil noir métallisé.

Le voilà… J’vous avais bien dit qu’il était tout simple! En même temps c’était les vacances scolaires là. Enfin j’me comprends…

Et sinon, vous? Vous les portez vos petites merveilles?

un petit must-have, manches raglan, en jersey bio FDS

un petit must-have, manches raglan, en jersey bio FDS

le col passepoil avec un passepoil noir métallisé. Collier Schlomit Offir.

le col passepoil avec un passepoil noir métallisé. Collier Schlomit Offir.

les manches 3/4, rallongées et roulottées

les manches 3/4, rallongées et roulottées

PS: un merci tout spécial pour Pierre-Louis, 7 ans, qui m’a aidée à trouver le titre de cet article.

Konnichiwa

Tout a commencé il y a quelques mois…

Un matin, alors que je faisais mes petites courses chez la mercière, je tombe par hasard sur des rouleaux de tissu aux motifs japonais, stockés dans un coin peu accessible de la boutique. Et là je dis: « oh my god, mais diantre que se passe t-il? Est-ce bien ce rarissime tissu japonais que je devine au fond de votre si belle échoppe? ».  Enfin j’ai plutôt dit « WAHOUOUOUOU, c’est du tissu japonais????????????? » avec des yeux exorbités.

Et là, Madame la marchande me répond: « Oui c’est du tissu traditionnel japonais que l’on utilise pour faire des kimonos ».

Alors, fidèle à mes impulsions j’ai dis « BANCO » et j’ai rajouté « vous m’en mettrez deux » (mètres) parce que j’ai un toc depuis toujours, j’achète tout par deux. Certes c’est pratique pour les chaussettes, mais cela s’arrête là.

Rentrée à la maison avec ce nouveau trésor, j’ai longtemps hésité à lui faire passer l’épreuve des ciseaux. J’ai passé et repassé en revue mes patrons, mes bouquins japonais (too much pour le coup)… et puis je me suis décidée pour le Melting-pot de Marie parce que ces motifs géométriques lui allaient bien et que ce modèle est sobre, bien coupé, top.
Je l’ai assorti avec un passepoil noir métallisé trouvé chez France Duval Stalla.

Et bien je suis pas déçue de l’avoir coupé mon coupon et encore moins de l’avoir cousu (une merveille). Il est si agréable à porter que j’en profite DEUX fois plus.

Sayônara 

Un Melting-pot en tissu japonais traditionnel, passepoilé de noir métallisé

Un Melting-pot en tissu japonais traditionnel, passepoilé de noir métallisé

Melting-pot avec trendy châle en laine et alpaga Boréal éléphant de Fonty

Melting-pot avec trendy châle en laine et alpaga Boréal éléphant de Fonty

Melting-pot avec ma petite veste noire

Melting-pot avec ma petite veste noire

Secrets de couturière

Ami lecteur, je te salue.
Je t’imagine ce soir, confortablement assis dans ton fauteuil après une longue journée de labeur, malmené par la chaleur, essayant de te détendre en écoutant une petite musique.

Oui, toi, lecteur, assis, certainement une tasse de thé à la main, tu regardes ce blog et tu penses tout d’un coup: « mais comment fait-elle pour faire tout ça? Un boulot, deux enfants, et toute cette couture!!! Cette fille là est tout simplement hors norme, prodigieuse, épatante…. »… et ce soir ami lecteur je te dirais « C’est pas faux… » mais ce serait vraiment pure vantardise de ma part.

Alors pour toi, lecteur assidu, afin de récompenser ta fidélité je vais te confier mes petits secrets de couturière… Mais attention, chut!!!!

1) Règle numéro une: la couturière ne doit JAMAIS publier des photos laissant apparaître l’intégralité de son visage. En effet, il ne s’agit pas ici de rechercher un anonymat à tout prix. Une couturière coud souvent tard le soir, lorsque les enfants sont couchés. Elle ne peut prendre le risque de publier ses oeuvres avec toutes ces affreuses cernes, cela plomberait l’effet voulu.

2) Règle numéro deux: la couturière préfère souvent se coudre une tenue pour le lendemain matin plutôt que de risquer de s’attaquer à sa pile de linge à repasser dans l’espoir de trouver un vêtement correct… c’est plus fun.

3) Règle numéro trois: la couturière sait optimiser toutes les occasions pour se procurer du tissu, quitte à accepter le déplacement pro de son Homme à l’UNIQUE condition qu’il lui rapporte un minimum de coupons: le nombre de coupons ramenés devra être exponentiel avec le nombre de miles parcourus.

Voilà, ami lecteur tu connais à présent mes précieux secrets et je peux te dévoiler ma cousette d’hier soir, portée ce jour au travail, en soie japonaise bleu canard encore « jet-laguée » de Singapour. La robe a été entièrement doublée (buste et jupe). Le patron utilisé est le merveilleux « Mirage » de Marie.

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

la robe Mirage en soie japonaise bleu canard

le buste entièrement doublé

le buste entièrement doublé

la vue en pied

la vue en pied

un tissu très lumineux

un tissu très lumineux

soie japonaise

soie japonaise

Midinette power

Je retrouve en ce moment le plaisir de mettre mes petites gambettes à l’air et c’est dans cette énergie légère et libérée que j’ai eu envie de coudre cette nouvelle version de la Midinette, rallongée, et très très fleurie.

J’avais décidé de la porter hier, parce que c’était vendredi, le fameux « thank god it’s friday » (TGIF pour les initiés) et que je me réjouissais de voir le week-end arriver. Le vendredi, qui plus est, est la petite journée de la semaine que nous avons le rituel de couper dans mon équipe avec un pique-nique au parc pour déjeuner quand il fait beau, et hier il faisait méga beau et chaud, et j’ai fait bronzer mes gambettes avachie sur un paréo…

Et aujourd’hui je dirais: avec ma petite Midinette j’ai grave assuré au boulot, j’ai été une super hyper wonder working-girl et que sortie du bureau j’ai été une super hyper maman géniale et même une femme très fatale pour mon homme. Alors, la conclusion de tout ça c’est que la Midinette c’est top!

Bon en réalité hier il faisait beau…. c’est tout… le reste c’était pour vous faire rêver et parce que je pense qu’il est bon d’avoir des objectifs dans la vie (hum…)….

Voici la Midinette, en soie et viscose, entièrement doublée et rallongée de 5 cm :

les mains dans les poches

les mains dans les poches

IMG_0192

IMG_0195

IMG_0205

Yes I can

Une grande étape pour moi: je viens de coudre ma première chemise Mythique (de Marie). J’avais le patron depuis un moment mais je n’osais même pas le regarder, la honte. Et puis je me suis dit, allez allez Alice, ça suffit maintenant, il faut y aller! Assez procrastiné! (oui procrastiné du verbe procrastiner, remettre tout au lendemain. C’est pas mal d’écrire ça non?).

Alors? Alors?

Alors, ce fut long,  ce fut laborieux, ce fut difficile parfois notamment pour raccorder le f….* col aux épaules mais aujourd’hui je peux le dire: I DID IT, hhhhaaaaaaaaa……. (prononcer le A en soupirant grassement et en s’appuyant sur son dossier de chaise avec un air de marathonien qui vient de finir sa course de xxx km, il est possible de mettre son bras derrière son dossier pour que la pose soit vraiment authentique et même de boire un petit verre pour la peine, rrrrrooooo…).

Mais le plus important à retenir de ce petit défi personnel c’est que ce fut pour moi un « kiffe » (ça se dit encore ça?)  monumental de la coudre et de suivre pas à pas les étapes de cet ouvrage.

Pour cette première version j’ai choisi un liberty Wiltshire bleu car je trouve que ce tissu s’accorde bien avec un jean, voire un pantalon plus sobre. Et quoi de plus beau sur une chemise qu’un aussi beau coton, presque soyeux et si lumineux.

J’ai également rajouté un passepoil bleu marine aux épaules pour structurer un peu plus ma chemise.

Bon j’arrête le suspense ici parce que j’ai vraiment envie de vous la montrer en fait:

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

the Mythique en liberty wiltshire bleu et passepoil bleu marine

tout est dit je crois

tout est dit je crois

le col, qui m'a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

le col, qui m’a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre ce coquin

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

la manche et sa patte de boutonnage, stylée

impeccable avec ma veste en jean

impeccable avec ma veste en jean

Nelly danse

Un nouveau projet, et un petit souvenir nostalgique de mes années collège:

Nelly c’était mon acolyte, ma super cops, ma confidente sur à peu près tout; nous avions 14 ans à peine.

Et Nelly avait une méga-super-hyper-géniale voiture: une méhari orange pétant entièrement décapotable, dans laquelle son papa nous trimballait inlassablement un peu partout. Le vent au roulage nous décoiffait mais on aimait ça.

Vous comprendrez donc que quand j’ai décidé de réaliser le patron « Aime comme Méhari » de Marie j’ai eu une pensée pour Nelly, dont j’ai malheureusement perdu la trace pendant les années lycée mais qui en a laissé une indélébile dans mes heureux souvenirs de jeunesse.
Donc, j’ai décidé d’appeler cette première réalisation « Nelly danse », en allusion au tissu Liberty danse moka et aux premières boum.
Cette première Méhari a été réalisée sans problème, hormis pour coudre le col au chemisier… ce fut un véritable casse-tête car j’ai dû me tromper de taille en le coupant et du coup j’ai dû en recouper un plus grand après plusieurs vaines tentatives.
J’ai également rallongé les manches jusqu’aux poignets.
Enfin j’ai choisi de coudre des boutons en nacre dénichés chez Emmaüs.

Nelly… ben… gros bisous quoi!
Voici les photos:

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

Méhari en Liberty danse moka de chez Cousette

le col, doublé en lin beige de FDS

le col, doublé en lin beige de FDS

l'intérieur de la manche

l’intérieur de la manche

hyper confortable!

hyper confortable!

la couture des épaules

la couture des épaules

Emilia’s springtime

Well well well, finalement on dirait bien que les fleurs commencent à sortir leur petite frimousse???

Pour fêter cela j’ai décidé de coudre une Mina printanière (Aime comme Marie), petite veste en lin épais kaki entièrement doublé d’un liberty Emilia’s flower vert. Bon, à nouveau l’étape de la couture « doublure à tissu » a dû être entièrement décousue et recousue parce que, comme pour la première veste, j’avais mis les manches du mauvais côté (l’expérience ne joue pas toujours). Mais ce patron, une fois terminé m’arrache toujours un « AHHHH » de satisfaction au moment de retourner ensembles les deux vestes: c’est un peu magique la doublure sur un vêtement parce que jusqu’à la toute dernière étape, on ne voit vraiment pas où on va.

Voici quelques photos pour vous:

une petite veste, sans col tailleur, légère et confortable

une petite veste, sans col tailleur, légère et confortable

IMG_1206a

Manches 3/4

IMG_1215a

le détail de la doublure sur la manche retroussée

le détail de la doublure sur la manche retroussée

IMG_1254a

un dos impeccable

un dos impeccable

sur une petite laine

sur une petite laine

THE doublure, ah ouais!!!!!

THE doublure, ah ouais!!!!!

Girly anytime

Même si je n’en porte pas souvent, pour des raisons surtout pratiques d’ailleurs, j’avais envie de me coudre une petite jupe, …comment dire… une petite jupe qui accepte de s’assortir avec un peu tout. Challenge donc car je porte souvent un peu tout et très souvent n’importe quoi…

Bref, une jupe assez classique, juste au dessus du genou pour que je lâche un peu mon côté fifille sage, et pourvue de poches pour pouvoir y mettre un mouchoir fleuri parfumé que je laisse tomber délicatement à terre pour faire la mystérieuse (comme dans les films vous voyez?). Mais je m’égare…

C’est donc armée de grands doutes sur mes capacités, notamment au regard de la présence d’une fermeture éclair, que je me suis attelée à réaliser le patron Midinette de Marie (encore elle???!!!!!!!hihihihihihihihihihiihihihiihiihihihihihiihihihihih!!!!!!!!! ndlr cris de la groupie de la styliste). Au final, aucune difficultés particulières si ce n’est que mon coupon de lin a été préalablement lavé avec une lessive de blanc qui est ressortie grisâtre…. DAMNED!

Voici les photos, beaucoup de personnes qui me connaissent diront surement « c’est Alice sur la photo? T’es sûr? » mais je l’assume, honte à moi qui ne met jamais de jupe… aujourd’hui est un nouveau départ!

Avec un chemisier en satin: « chéri, on sort ce soir? »

IMG_3875

le détail de la poche et de son pli

le détail de la poche et de son pli

le détail de la poche en position assise: impeccable

le détail de la poche en position assise: impeccable

en version working girl, manches retroussées parce que Trop de taff quoi!!!!

en version working girl, manches retroussées parce que Trop de taff quoi!!!!

C'est qui le boss ici!

C’est qui le boss ici!

tu es sûre que tu en as besoin chérie?

Il y a bien longtemps, mon petit mari et moi avons décidé d’aller dans un grand magasin de meubles suédois, un dimanche avec les enfants, un dimanche où il pleuvait même, et d’ailleurs pour la terre entière il n’y avait rien d’autre à faire que d’aller dans ce magasin de meubles…avec les enfants.

Bref, je vous laisse imaginer le contexte, croisement de poussettes et de charriots difficiles, disputes de couples à tous les rayons, enfants en hyperthermie pleurant et coulant du nez, vendeurs débordés, yeux exorbités….cheveux décoiffés… bref, une ambiance ordinaire là bas à ce qu’il paraît.

Et là, dans cette cohue bohue je tombe sur quelques rouleaux de tissus, un rayon mercerie, inattendu, inespéré… un signe du ciel pour me dire:  « si si, tu avais raison de traîner toute ta famille dans cet univers hostile, il y a là LE tissu que tu venais chercher sans le savoir… ». J’ai commencé à faire couper un petit coupon, inspirée, et là mon homme, d’une patience et douceur sans limites, me dit gentiment : « tu es sûre que tu en as besoin chérie? »   …..??????……???? ôô ?????? Moi??????….. ôô…..??????? Mais c’est évident!!!!!!! J’en ai plus que besoin de ce tissu, pour quoi je ne sais pas, mais j’arrête de respirer si je ne repars pas avec!

Après quelques mois de stockage dans le placard à tissus, je vous laisse découvrir ce que j’en ai fait: Cette cotonnade épaisse est aujourd’hui transformée en pantalon, le confortable et bien coupé « Marche à suivre » de Aime comme Marie. Je l’ai un peu rétréci sur les côtés pour le faire tomber plus près du corps. Pour le prochain je tenterai une fermeture à glissière peut-être.

Bon…ok… j’avoue que ce pantalon je le porte avec une certaine culpabilité quand je sais tout ce que j’ai fait endurer à mes amours pour le tissu….

Ouais je suis addict à Marie (pas officiellement encore) et alors?

un tissu magnifique

un tissu magnifique

elles sont parfaites ces poches!

le détail du passepoil que j’ai rajouté sur les poches

not so bad...

not so bad…

avec un t-shirt indigo

avec un t-shirt indigo

un petit lien élastiqué pour serrer à la taille, so cute

un petit lien élastiqué pour serrer à la taille, so cute

Tout le monde en parle

du temps de ce début de printemps 2013… Bon…. j’ai l’impression de tourner en boucle autour de ce thème, je radote, d’ailleurs mes posts deviennent limites boring… sorry about that. En même temps c’est pas vraiment de ma faute, einh?

…… Alors moi je dis : LES FRANCAIS EN ONT MARRE!!!! Ils veulent qu’on s’intéresse à leur véritables préoccupations: Moi mon quotidien c’est le manque de printemps ok? Et d’ailleurs j’aimerais bien savoir qui est le responsable de cette catastrophe quotidienne qui s’opère dans le plus grand silence. On nous ment, on nous spolie notre printemps. Et ça? C’est normal peut-être? Ah bien sûr, personne ne se risque à aborder le problème qui est pourtant à l’heure actuelle le problème numéro UN des FRANCAIS. Certes, la part belle est faîte à la crise, à la fin du monde, et même bientôt à la grippe aviaire et autres petites réjouissances… mais, moi je dirais « oui bon d’accord, on commence à la connaître cette rengaine, mais c’est l’arbre qui cache la forêt: le vrai BIG PROBLEM TODAY c’est que je peux pas mettre de petites robes légères, de tee-shirts, de sandales et que j’ai même pas utilisé mes lunettes de soleil, pas sorti le Spring it-bag; le vrai séisme dans ma vie c’est que je dois encore mettre de la poudre « bonne mine » le matin en plus de l’anti-cerne, WHY WHY????????? »

Une veste en laine (entièrement doublée s’il vous plaît avec du lin), voilà ce qu’il me fallait pour tenir encore un peu pendant cette saison capricieuse où la fraîcheur est de mise. Réalisée avec le patron Mina de Aime comme Marie, ça m’a un peu réconfortée….merci encore Marie, t’es trop cool comme fille. Je me suis permise de la fermer avec deux petits boutons en bois pour résister au blizzard.

totalement entièrement et complètement doublée de partout

manche retroussée parce quand même, on est en avril einh?

manche retroussée parce que quand même, on est en avril einh?

ma griffe personnelle à moi

ma griffe personnelle à moi

de dos, c’est parfait merci

bras croisé... ouais ok...

bras croisé… ouais ok…

fermée avec THE accessoire… ouais top

veste ouverte.... ouais aussi

et veste ouverte…. ouais aussi

You Must have your « Must have »

Ahhhhhh, pfffffffff, moi je dis « Marie, tes patrons sont juste Parfaits pour moi ». Je continue, quelle surprise, dans mes petites confections et j’ai essayé cette fois-ci le « Must-have » de Marie. Sans surprise encore, le résultat est là…une habitude. La question est de savoir si le challenge en est vraiment un avec de si clairs, de si précis et de si beaux patrons? Non vraiment, j’assume totalement ce que je dis, tout est si bien dessiné, expliqué, pensé que je n’ai aucun mérite après ça: avec Marie finie « l’obligation de moyens » on est carrément dans une « obligation de résultat »… en bref t’as pas le droit de te planter parce que là vraiment… comment ils disent les jeunes déjà? « c’est la TEHON? » (pardonnez moi ce langage si familier, j’essaie de rester dans le coup mais c’est dur).

Incontournable le Must-have de Marie est indiqué avec un « temps de réalisation 1h30″…et c’est vrai, il m’aura fallu une heure et demie pour le terminer. Mais je suis CONTENTE CONTENTE CONTENTE, parce que ce petit corsage il me plaît et je vais le mettre demain pour aller au boulot et crâner devant le cops en disant « C’EST MOI QUI L’AI FAAAAIIIIIIIITTT » (avec le pouce pointé sous le menton et tout et tout 🙂 Nananèreu. Alors on dit quoi? On dit « MERCI MARIE!!!!!!! »

tissu liberty glenjade bleu marine et écru

tissu liberty glenjade bleu marine et écru

 

avec mon cardigan? ça le fait aussi

avec mon cardigan? ça le fait aussi

le détail de la manche où j'ai rajouté une petite fronce

le détail de la manche où j’ai rajouté une petite fronce

 

le passepoil ton sur ton  rattaché aux manches

le passepoil ton sur ton rattaché aux manches

 

Melting-pot

Je continue dans la réalisation de petits corsages ou tuniques à travers un autre patron de Aime comme Marie: Le Melting-Pot. Je vous montre mon deuxième MP d’une longue liste que j’espère, tant ce patron est agréable à suivre et tant il ouvre des possibilités diverses et variées.

Celui-ci a été cousu à partir d’une batiste de coton France Duval Stalla couleur figue, mariée à un liberty tatum prune. J’ai remplacé le passepoil par un liseré en dentelle couleur vieux rose, que j’ai également cousu sur les différents ourlets et col.

le Melting pot en version liberty et dentelle

le Melting pot en version liberty et dentelle

IMG_3041

un liseré de dentelle sur l’ourlet

IMG_3042

le détail de la partie centrale

Madame???? euh pardon… Mademoiselle

Vous connaissiez Mélanie, Sophie, et voilà à présent l’incontournable Marie et ses patrons, ses tissus, ses créations et son blog Aime comme Marie.
Marie Aime beaucoup de choses, et elle a surtout beaucoup de talent… et donc moi j’Aime Marie 🙂 élémentaire mon cher Watson!
Elle a notamment conçu récemment le patron Aime comme Mademoiselle: un petit chemisier à col Claudine et manche 3/4 que l’on peut réinventer à l’infini.
Super bien coupé, rien à changer, facile à réaliser (enfin facile…. on va dire ça pour se la jouer mais c’est pas vraiment toujours facile en vrai parce que la couture ça reste une technique relativement précise quand même…… humf).
Donc comme beaucoup de challenger que je visite sur le net j’ai réalisé mon premier patron Aime comme Mademoiselle dans un tissu Petit Pan (again). Je ne vous dirai pas la taille choisie parce que quand on est une femme on ne communique pas sur ce genre de choses, c’est comme pour l’âge einh…?… Alors, à votre avis, sur la photo, vous diriez quoi: Madame ou Mademoiselle? Allez, n’ayez pas peur, je ne suis pas susceptible et surtout j’adore les compliments 😉

Bon… ok…. j’ai dix huit ans…… fois deux.

work in progress

work in progress

Alors? Vous avez vu la pose de midinette un peu?

Alors? Vous avez vu la pose de midinette un peu?